×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Discours royal à l’UA Hymne à l’unité africaine

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4951 Le 01/02/2017 | Partager
    L’Afrique appelée à se prendre en charge et s’émanciper de toute tutelle
    Le Maroc, tête de pont de la nouvelle dynamique de développement intra-africain
    discours_royal_051.jpg

    Le discours royal devant les membres de l’Union africaine a mis l’accent sur la nécessité d’une implication collective dans des projets stratégiques, comme celui du gazoduc reliant le Nigeria à l’Europe, permettant «d’établir des relations plus apaisées» et faisant «naître un environnement propice à la croissance» (Ph. MAP)

    «Il est beau le jour où l’on rentre chez soi, après une longue absence», a affirmé le Souverain au début de son discours historique devant les membres de l’Union africaine. Un moment fort, plein d’émotions, au lendemain de l’approbation de la demande d’adhésion du Maroc. L’intervention du Roi a sonné comme un hymne à l’unité africaine. «Vous m’avez tous manqué», a-t-il dit. Après ce retour triomphal, le Maroc veut initier une nouvelle dynamique au niveau continental.

    Les messages royaux ont été on ne peut plus clairs. Rabat veut renforcer davantage son implication dans le développement du continent et l’inscrire dans un cadre multilatéral. Si le «retrait de l’OUA était nécessaire», comme l’a précisé le Roi, aujourd’hui, «il est l’heure de rentrer à la maison», a-t-il ajouté. Surtout que «l’Afrique est indispensable au Maroc et le Maroc est indispensable à l’Afrique». Les relations avec les Etats du continent devront s’inscrire dans le cadre de l’approche développée par le Maroc, celle d’une «coopération Sud-Sud claire et constante», basée sur un partage «sans ostentation».

    ■ Leadership africain
    «Nous n’ignorons pas que nous ne faisons pas l’unanimité au sein de cette assemblée». Le Souverain a été on ne peut plus clair, en précisant les positions du Maroc après son retour à l’UA. «Nous ne voulons nullement diviser, comme certains voudraient l’insinuer», a-t-il précisé. Les manœuvres des adversaires du Maroc avaient mené campagne pour laisser croire que ce retour pourrait conduire à des divisions des membres de cette Organisation. Le Maroc serait à la recherche d’un leadership continental, selon eux. Or, «c’est à l’Afrique que le Royaume cherche à donner son leadership», a expliqué le Souverain. Il a lancé un nouvel appel, rappelant les messages forts du discours d’Abidjan, pour une prise en charge du continent par lui-même. Pour le Roi, «il est temps que les richesses de l’Afrique profitent à l’Afrique». L’objectif, entrer dans une ère de prospérité, «après avoir subi des décennies de pillages».

    Le Maroc, devenu un pays émergent, sans ressources naturelles, devra jouer un rôle essentiel dans cette nouvelle dynamique. «Son action concourra à fédérer et à aller de l’avant», selon le discours royal. Sur la base du partage et du transfert de son savoir-faire, le Maroc propose de «bâtir concrètement un avenir solidaire et sûr». Des projets déjà lancés, grâce à la coopération bilatérale avec les pays du continent, donnent l’exemple. C’est le cas notamment du gazoduc reliant le Nigeria à l’Europe en passant par le Maroc, qui «contribuera à structurer un marché régional de l’électricité et constituera une source d’énergie au service du développement industriel». Idem pour les unités de fertilisants lancés en Ethiopie et au Nigeria, visant à améliorer la productivité agricole. Des projets concrets, répondant aux besoins réels des populations. Car, comme l’a souligné le Souverain, «ni le gaz, ni le pétrole ne satisferont les besoins alimentaires de base», au moment où le grand défi de l’Afrique est lié à sa sécurité alimentaire.

    ■ «La flamme de l’UMA s’est éteinte»
    Au moment où les différents groupements régionaux consolident leur intégration, le Maghreb «est la région la moins intégrée du continent, sinon de la planète». Le commerce intra-régional constitue à peine 3% entre les pays de l’UMA, au moment où il atteint 10% au niveau de la CEDEAO et 19% à la SADEC. Une situation intenable, incompréhensible pour les citoyens maghrébins et dont les conséquences sont inévitables. Aujourd’hui, «si nous n’agissons pas, l’UMA se dissoudra dans son incapacité chronique, à rencontrer les ambitions du Traité de Marrakech».

    ■ Tiers-mondisme: Une notion dépassée
    Au moment où le monde est en pleine reconfiguration géopolitique, il est temps pour l’Afrique de rompre avec certaines pratiques du passé. «N’est-il pas l’heure de nous tourner vers notre continent? De considérer ses richesses culturelles, son potentiel humain?», s’est interrogé le Souverain. Une vision développée dans les différents discours royaux durant ces dernières années. Celle d’une Afrique émancipée de toute tutelle. Le continent «peut et doit valider lui-même ses processus électoraux». Surtout qu’il «dispose des outils de régulation et des institutions judiciaires». Une dynamique consolidée par l’émergence d’une «nouvelle génération de leaders décomplexés».

    Avec une vision claire en matière d’ouverture politique et de développement économique, «ils agissent avec détermination, fermeté et conviction, sans se soucier d’être notés ou évalués par l’Occident», a indiqué le Souverain. Les pays du Nord, en pleine difficulté économique, ayant perdu toute capacité de comprendre les aspirations de leurs peuples, s’arrogent le droit de dicter leur modèle de croissance. Pour le Roi, «ces agissements relèvent plutôt de l’opportunisme économique». Une situation appelée à changer. Car, «la considération et la bienveillance accordées à un pays ne doivent plus dépendre de ses ressources naturelles et du profit qu’on espère», a-t-il tranché.

     

     

     

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc