×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Competences & rh

    TIC à l’école: Genie en stand-by

    Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4950 Le 31/01/2017 | Partager
    Plus de 1.400 établissements attendent de voir leurs salles équipées depuis un an
    Ministère et Primature se renvoient la balle
    Les entreprises adjudicataires du dernier marché sont dans le flou
    programme_genie_050.jpg

    En cas d’adjudication ou de relance, le projet sera financé par le FSU qui détient encore 400 millions de DH dédiés au projet Genie3 et non consommés à ce jour (Ph. Bziouat)

    Plusieurs centaines de milliers d’élèves attendent toujours de voir leurs écoles équipées en une salle informatique! C’est du moins ce que promettait le programme Genie. En 2016, il était prévu d’équiper plus de 1.400 salles des établissements publics dans toutes les régions du Maroc. Le programme repose sur deux offres: La première est celle des valises multimédias (VMM). Elle vise à fournir les établissements d’une valise avec ordinateur portable et un datashow qui sont par la suite mis à la disponibilité de tous les instituteurs. Cette offre fait actuellement l’objet «d’une étude d’évaluation d’impact», indique Rachid Benmokhtar, ministre de l’Education nationale. Le second volet, celui des salles multimédias (SMM), vise à doter une classe par établissement d’une salle multimédia avec 20 ordinateurs, un projecteur fixe, de mobilier de bureau adapté ainsi que de logiciels de gestion de classe. Une démarche fort intéressante, mais qui est restée inactive depuis 2011!

    Après plusieurs relances de l’appel d’offres en question, pour des raisons bureaucratiques et administratives, la dernière édition a déclaré adjudicataire deux entreprises. Il s’agit de la multinationale Atos qui a décroché 3 lots sur 4 et de l’entreprise marocaine Data Plus pour le reliquat. «En décembre 2015, nous avons reçu le contrat pour signature, puis rien!», confie Mustapha Rais, ancien directeur commercial à Atos, alors en charge du projet. «Depuis la réception du marché pour signature, nous avons rendu la copie au ministère et nous n’avons toujours pas reçu de réponse quant au déploiement», assure Mohammed Chakib Rifi, PDG de Data Plus.

    «Le projet a été mis en attente pour manque de budget, pourtant aucun article de loi ne prévoit l’annulation d’un marché pour cette raison», indique une source à la Primature qui a requis l’anonymat. Le ministère de l’Education, quant à lui, reste muet à ce sujet: «Nous faisons partie d’un comité de pilotage chapeauté par la Primature. Ce département est le seul à pouvoir se  prononcer à propos des marchés et du budget».
    Pour rappel, le projet est piloté par un comité composé de la Primature et trois ministères, à savoir: l’Education nationale, l’Industrie et les Finances. L’ANRT en fait aussi partie. Elle gère, entre autres, le Fonds de service universel (FSU). Il s’agit d’un véhicule financier alimenté par les trois opérateurs télécoms. Tous ces organismes réunis, se sont attelés à élaborer une stratégie afin d’introduire les TICE (Technologies de l’information et de la communication pour l’éducation) dans les établissements scolaires publics.

    Au démarrage du programme Genie  en 2006, le gendarme des télécoms y avait alloué un budget de 1 milliard de DH. Dix ans après, seulement 600 millions de DH ont été dépensés pour l’équipement des établissements et la formation du corps enseignant aux nouvelles technologies (Edition N° 4744 Le 05/04/2016). «Le pavé qui reste (soit 400 millions de DH) est sécurisé pour l’opération Genie », assure-t-on auprès de l’Agence. L’offre des partenaires, ne dépassant les 250 millions de DH, bénéficie du budget nécessaire. Contactés par L’Economiste, le MEN et la Primature n’ont pas voulu s’exprimer à ce sujet, chacun renvoyant vers l’autre! Pourtant, il y a un blocage depuis plus d’un an, et ce sont les élèves qui en paient les frais.

    Des investisseurs étrangers attendent aussi le déblocage

    L’Un des soumissionnaires au programme Genie  a invité l’une des plus grandes sociétés asiatiques des IT (technologie de l’information) à fournir des équipements dernier cri aux écoles, avec le concours de partenaires technologiques de renom (Intel et Microsoft). Il s’agit du fabricant Apple en Chine. Ce dernier attend le dénouement du projet pour entamer les discussions avec le gouvernement pour un futur investissement dans la région.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc