×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Obama et Shinzo Abe se recueillent à Pearl Harbor

    Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:4925 Le 27/12/2016 | Partager
    Les deux dirigeants y honorent les victimes de l’attaque japonaise de 1941
    Washington et Tokyo veulent surtout réaffirmer leur alliance
    obama_shinzo_abe_025.jpg

    Avant de quitter la Maison Blanche, Barack Obama veut rassurer l'allié japonais, Shinzo Abe, chef du gouvernement nippon (Ph. AFP)

    Le geste est d’une forte portée symbolique. Le premier ministre japonais, Shinzo Abe rencontrera le président américain Barack Obama ce mardi 27 décembre à Pearl Harbor (île d’Hawaï), là où il y a 75 ans l’aviation japonaise lança une attaque surprise contre la flotte américaine du Pacifique. 2.400 Américains y trouvèrent la mort après le bombardement de la base navale par les Japonais le 7 décembre 1941.
    Alors qu’ils étaient jusqu’alors tenus à l’écart, les Etats-Unis décidèrent alors d’entrer en guerre à la suite de cette attaque qui a laissé des traces dans la mémoire collective jusqu’à aujourd’hui.  C’est la deuxième fois seulement qu’un chef de gouvernement japonais visite Pearl Harbor. En 1951, Shigeru Yoshida y avait fait une halte avant de rejoindre San Francisco où il signa le traité mettant fin à l’occupation du Japon par le commandement suprême des forces alliées, sous domination américaine. Pour Obama dont le mandat s’achève le 20 janvier et Abe, ce geste est un signe de réconciliation entre les peuples américain et japonais.
    Les deux dirigeants se recueilleront devant le mémorial de l'USS Arizona. Au bord de ce bâtiment se trouvait la moitié des victimes de l'attaque contre la base navale. C’est au-dessus de son épave qu’a été érigé sur les eaux un lieu de mémoire.
    Vétérans des deux camps et survivants du conflit seront également présents pour la cérémonie. Si Shinzo Abe prendra la parole pour rendre hommage aux victimes de l'attaque et des atrocités de la guerre, il ne présentera pas d'excuses officielles. Barack Obama avait suivi le même protocole sept mois plus tôt.  Sur le plan diplomatique, ce déplacement est aussi une manière d'adresser un message à l'administration Trump concernant le partenariat entre Washington et Tokyo. Le président élu a envoyé plusieurs signaux contradictoires sur ses intentions diplomatiques en Asie du Sud-Est. Parmi les points de tension, Shinzo Abe est par exemple un fervent défenseur de l’accord transpacifique initié par Barack Obama, mais ce dernier est très critiqué, voire rejeté par Donald Trump. Ce dernier avait par ailleurs provoqué un profond émoi au Japon lorsqu'il avait envisagé lors de la campagne électorale le retrait des soldats américains du sud de la péninsule coréenne et de l'archipel nippon à défaut d'une hausse significative de la contribution financière des deux pays.
    Trump avait aussi suggéré que le Japon et la Corée du Sud se dotent de l'arme atomique face à la menace de la Corée du Nord. Ces propos qui avaient secoué l'opinion publique dans un pays où le souvenir de l'attaque nucléaire d'Hiroshima reste prégnant.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc