×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Tétouan: Le rationnement de l’eau potable touche à sa fin

    Par Ali ABJIOU | Edition N°:4922 Le 22/12/2016 | Partager
    Les dernières précipitations ont sauvé la situation
    13 millions de m3 supplémentaires en attendant l’entrée en service du barrage Martil
    tetouan_eau_potable_022.jpg

    Le barrage Ajras, dans la région de Tétouan, a vu ses retenues en eau doubler, 13 millions de m3, de quoi tenir jusqu’à l’entrée en service du barrage Martil (Ph. Adam)

    Tétouan a récupéré depuis le début de cette semaine son alimentation en eau potable. Un communiqué conjoint de l’ONEE, Amendis, l’agence du bassin hydraulique du Loukkous et des communes de Tétouan et de Martil ont annoncé le retour à la normalité de la distribution de l’eau. Cette dernière avait dû être rationnée en octobre dernier suite à la dangereuse baisse des retenues des barrages alimentant la ville de la colombe blanche et qui étaient passés sous la barre des 10%.
    Tétouan et sa région sont alimentées à partir de trois sources principales que sont les trois barrages Nakhla, Moulay El Hassan et Asmir. Leur retenue totale dépasse les 70 millions de mètres cubes. Le volume d’eau disponible alors ne dépassait pas les 7 millions. Les volumes consommés, surtout après un été assez chaud, n’ayant pu être compensés par les précipitations en retard qui en général représentent près de 100 millions de mètres cubes.
    Or ce sont justement les dernières précipitations qui ont permis de remplir les barrages et de permettre un retour à une alimentation en eau potable normale, selon le communiqué qui annonce que les retenues dépassent actuellement les 13 millions de mètres cubes. Ce volume est loin de satisfaire les besoins de la ville de Tétouan qui atteignent les 38 millions de mètres cubes par an, mais il permettra largement de tenir en attendant l’entrée en service de plusieurs autres équipements. C’est le cas d’une canalisation de 24 kilomètres de long devant connecter le barrage Moulay El Hassan à celui de TangerMed. Il devra dès février 2017 pomper 500 litres par seconde supplémentaires pour Tétouan. Il est prévu aussi de mettre en service une station de traitement d’eau de 500 litres par seconde sur le barrage Martil, actuellement en construction. Cette station sera prête dès juin de l’année prochaine, à temps pour satisfaire les besoins de la ville et de sa région qui doublent durant la saison d’été.
    L’entrée en service prochaine du barrage Martil dont la retenue est de 120 millions de mètres cubes pourra aider à réduire ces crises. Il devra garantir une alimentation annuelle de 70 millions de mètres cubes à Tétouan et environs. Cet ouvrage, doté d’un investissement  de près d’un milliard de dirhams, devra entrer en service prochainement.
    Entre-temps, un appel est lancé pour éviter le gaspillage de l’eau et son utilisation non rationnelle de la part des citoyens.
    A noter que dans le même sens, une première action a été lancée il y a quelques mois avec la mise en place d’un programme de réutilisation des eaux usées épurées pour l’arrosage des espaces verts. Le projet vise à l’utilisation des eaux usées épurées issues de la station de traitement de Tamuda Bay (Mdiq) pour arroser les espaces verts, golfs, résidences touristiques et complexes sportifs dépendant de Tétouan et de sa côte (Fnideq, Martil et Mdiq) en deux phases. Dans une étape ultérieure, le projet vise l’arrosage des espaces verts et du golf de la ville de Tanger à partir des eaux usées épurées de la station de traitement de Boukhalef.
    De notre correspondant,
    Ali ABJIOU

     

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc