×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme: Un salon pour booster le Mice

    Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4922 Le 22/12/2016 | Partager
    Une niche à fort potentiel, mais encore sous exploitée
    Le Maroc attire à peine 5% du volume mondial
    Meetings Morocco présentera l’offre marocaine les 12 et 13 janvier à Marrakech
    tourisme_mice_022.jpg

    La part du Mice pourrait sensiblement augmenter à Marrakech, mais aussi dans les autres villes si l’on sait mettre en avant les atouts du Maroc et  surtout se doter d’infrastructures adéquates. Le site qui a accueilli la COP22 pourrait être gardé en partie ou transféré dans un autre espace pour booster ce segment (Ph. L’Economiste) 

    L’avenir de toute destination touristique réside aujourd’hui dans le Mice, qui représente pour l’heure moins de 30% des arrivées dans une ville comme Marrakech. C’est pour mettre en avant son offre ainsi que celle de l’ensemble des villes marocaines qu’un salon dédié a été initié, le Meetings Morocco. Objectif: accompagner la Vision 2020 du tourisme marocain et faire du tourisme d’affaires l’un des vecteurs du développement économique. Honorant ses engagements envers l’exigence des marchés porteurs de tourisme d’affaires, l’évènement rassemble des acteurs actifs chacun dans sa destination respective ainsi que des experts de l’industrie Mice. 150 Hosted Buyers venus du monde entier participeront à sa 2e édition qui ouvrira le bal des événements de 2017 à Marrakech et se tiendra les 12 et 13 janvier prochain.  Près de 50  exposants représentant une offre Mice (hôteliers, lieux d’exception, centres de congrès, agences réceptives et de voyages-DMC, agences de production, CRT, etc.), en provenance de toutes les régions marocaines (Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger, Agadir, Fès, etc.) participeront à cette 2e édition. Au programme, 3.000 rendez-vous entre 230 décideurs étrangers et marocains.  
     Pour  le fondateur de Meetings Morocco, Georges Freiha, le salon veut consolider le produit Maroc, comme une destination distincte face justement à  la demande croissante des entreprises locales pour le Mice, et l’augmentation constante de l’ensemble des PIB européens et mondiaux prévus pour les 5 prochaines années.  Et pour se préparer, les destinations marocaines d’accueil doivent aujourd’hui tenir compte d’un besoin mondial en pleine évolution et de plus en plus exigeant. De par son positionnement stratégique, le Maroc dispose de plusieurs atouts pour convoiter des évènements de taille. En effet, son infrastructure hôtelière est importante, de même que toutes ses villes sont dotées d’aéroports internationaux et de connexions, de point à point. Marrakech, la ville des congrès dispose même de trois palais des congrès, et milite pour un centre d’exposition de 7 hectares permanent qui lui permettra d’accueillir des événements de la taille de la COP22.
    A noter qu’à elle seule, la COP a permis d’augmenter de 35% les nuitées et de 15% les arrivées. Dans le monde, le segment du Mice accueille chaque année 9.000 congrès et Paris en accueille 1.000 par an. Le Maroc attire à peine 5% de ce volume. Pour Freiha, le Royaume reste une valeur sûre et il est souvent inscrit dans les briefings. Les voyagistes spécialisés, eux, ont un autre son de cloche. L’amalgame et la crise sécuritaire ont affecté le segment. Ils espèrent que la COP22 qui a démontré au monde l’expertise marocaine dans l’organisation et la sécurité du pays inversera la tendance.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc