×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Gouvernement: Le RNI contre-attaque

    Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4896 Le 11/11/2016 | Partager
    Nouvelle majorité: Des tractations dans une ambiance électrique
    Akhannouch mènera une tournée dans les régions à partir de la fin du mois
    aziz_akhenouch_rni_096.jpg

    Le bureau politique du RNI a renouvelé la délégation à son président, Aziz Akhannouch, pour gérer les différentes étapes des tractations pour la formation du gouvernement (Ph. Bziouat)

    Au moment où les Marocains commencent à se lasser de la lenteur des tractations pour la formation du gouvernement, la tension continue de monter entre le PJD et ses potentiels alliés. En tête, le RNI, qui a haussé le ton après les attaques dont il a été l’objet durant les dernières semaines. Aziz Akhannouch a réuni le bureau politique du parti de la colombe, mercredi dernier. Les problèmes relatifs aux consultations pour la formation de la majorité figuraient en tête des points à l’ordre du jour. Cette formation, qui avait déjà dénoncé, le week-end dernier, des «mensonges» véhiculés autour de son président, a tenu à mettre les points sur les i. L’état-major du RNI a démenti les informations autour des conditions posées par son patron pour intégrer la majorité. «Faux», précise-t-on: «Akhannouch n’a pas conditionné l’entrée au gouvernement par la suppression de l’aide directe à certaines catégories sociales», souligne-t-on auprès du RNI. La réunion du bureau politique s’est soldée par la publication d’un communiqué rappelant que cette formation «a toujours placé le développement social en tête de ses priorités. D’autant qu’elle a été partie prenante au processus de mise en place du système d’aide des catégories pauvres». Aujourd’hui, ce parti insiste sur «l’importance d’assurer l’efficience de ce mécanisme, la rationalisation et la transparence de sa mise en œuvre, à travers le ciblage des seules catégories qui doivent en bénéficier». Difficile de former une alliance dans cette ambiance électrique. En tout cas, le bureau politique du RNI a renouvelé la délégation à Aziz Akhannouch pour gérer les différentes étapes des tractations avec le chef du gouvernement. Le prochain round des négociations, qui devra démarrer la semaine prochaine, notamment après l’annonce de la position officielle de l’USFP, prévue ce samedi. Le patron du parti de la colombe va négocier avec Abdelilah Benkirane sur la base d’une vision claire. «La philosophie qui doit déterminer l’architecture du prochain gouvernement doit s’articuler autour de la cohérence et de la cohésion», est-il indiqué. Cela, en conformité avec les orientations du dernier discours royal que le RNI «s’engage à mettre en œuvre». La décision définitive de ce parti dépendra de l’offre que présentera le chef du gouvernement.
    D’autres chantiers seront également lancés par le nouveau président de cette formation. En tête, la redynamisation des structures internes. Aziz Akhannouch mènera, à partir de la fin de ce mois, une tournée dans les régions. L’objectif est de faire le bilan des actions entreprises par les antennes locales et de présenter la vision pour la prochaine période.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc