×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Agadir: La logistique, maillon faible

    Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4892 Le 07/11/2016 | Partager
    Une rencontre CGEM Souss/Agence de développement de la logistique pour doper la région
    L’outsourcing, un levier de compétitivité
    L’entreposage au Maroc est timide, il se limite à 14%

    Les pays ayant les indices de performance logistique (IPL) les plus élevés ont les taux d’externalisation les plus élevés aussi. Or, au Maroc, le volet entreposage reste faible. En effet,  il se limite aujourd’hui  à 14%. Le volume d’activité actuel de ce segment s’établit aux alentours de 430 millions de DH à fin 2014, sur la base d’un chiffre d’affaires des entreprises de transport et d’entreposage au niveau national de plus de 19 milliards DH. Un constat et des  chiffres présentés par l’Agence de développement de la logistique (AMDL) lors d’un atelier régional organisé récemment à Agadir, en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) Souss Massa. Au cours de cette rencontre, l’AMDL a pu présenter les résultats de son étude et partager les expériences avec les professionnels. «Les entreprises sont appelées à externaliser leurs activités logistiques afin d’accéder rapidement aux meilleures pratiques en termes de gestion des flux logistiques en se basant sur l’expertise de prestataires spécialisés et ainsi réduire les coûts y afférents», explique Younès Tazi, directeur général de l’AMDL. En même temps, cette coopération et ouverture sur l’extérieur est une démarche enrichissante pour l’entreprise. «L’outsourcing logistique, notamment l’entreposage permet aux entreprises de travailler dans une logique de spécialisation et d’élargir l’offre proposée aux clients», souligne Majid Joundi, président de la CGEM Souss Massa. Il faut rappeler toutefois que l’outsourcing n’est pas un processus facile. En effet, il requiert une bonne préparation et une démarche structurée et réfléchie permettant d’évaluer sa faisabilité. C’est ainsi qu’un projet d’externalisation mal préparé ou prématuré peut s’avérer périlleux pour l’entreprise et son prestataire logistique. La société doit en effet être mature avant de s’engager dans cette pratique d’optimisation et réussir son projet d’externalisation. Avant de l’entreprendre, il est impératif d’échanger les avis avec l’ensemble du personnel, étant donné qu’il sera directement concerné par les changements engendrés par cette nouvelle organisation.

    Pas de zone dédiée

    agadir_logistique_092.jpg

    Les participants à l’atelier régional organisé à Agadir ont montré un grand intérêt pour l’externalisation de la logistique. Toutefois, ils ont souligné la difficulté de sa mise en application à Agadir où il n’y a pas de zone logistique vraiment dédiée. Les activités étant dispersées entre les zones industrielles de Tassila, Ait Melloul… sans réel dénominateur commun. La grande problématique pour les investisseurs dans le Chef-lieu du Souss étant la grande cherté du foncier ou son peu de disponibilité quand il ne relève pas des Domaines forestiers gérés par les Eaux et forêts.

    De notre correspondante,
    Fatiha NAKHLI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc