×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Régions

    Démonstration de force du PAM à Fès

    Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4867 Le 30/09/2016 | Partager
    Plus de 15.000 personnes à son meeting, selon les organisateurs
    Hakim Benchamach leur a promis «un Maroc meilleur»
    pam_fes_067.jpg

    Pour Hakim Benchamach, membre du bureau politique du PAM, «son parti parlera avec franchise, sera à l’écoute, et relèvera la bataille du développement du Maroc qui mérite d’être dans une position meilleure» (Ph. YSA)

    «Il faut sauver le Maroc. Le danger qui guette le royaume est surtout économique et social, car le bilan du gouvernement sortant dans ces domaines est catastrophique». Les propos sont de Hakim Benchamach, président de la Chambre des conseillers, et membre du bureau politique du PAM. C’était mercredi dernier, à l’occasion du meeting de la formation du tracteur à Fès. Meeting qui a réuni, selon les estimations de Khalid Abnoune, porte-parole du parti, plus de 15.000 personnes. Soit une véritable démonstration de force pour le PAM qui n’avait jusqu’ici jamais remporté aucun siège à pouvoir à Fès. Pis encore, ce parti avait même dissous les structures de son antenne locale en 2010 et expulsé deux parlementaires.
    Aujourd’hui, le PAM qui cherche à mieux se positionner à Fès, mise sur l’hôtelier Aziz Lebbar et le transhumant Mohamed Radi Slaouni, qui chapeautent ses listes respectivement dans les circonscriptions de Fès-Nord et Fès-Sud.  
    Pour convaincre, les candidats PAM de la région Fès-Meknès créent une véritable synergie. En témoigne, la forte présence de leurs sympathisants lors du meeting du 28 septembre. Tenue dans le cadre de la campagne électorale pour les législatives du 7 octobre, la rencontre a connu la participation de personnes ramenées de différentes provinces. Les organisateurs leur ont donné rendez-vous à la salle du 11 janvier, à partir de17h. Mais, finalement, la rencontre n’a démarré que vers 18h20min.
    Annoncé pour la présider, Ilyas El Omari, SG du PAM, a été remplacé par Hakim Benchamach. Il était pile 18h15 quand Benchamach est arrivé, accompagné de Farid Amghar, responsable politique de la formation à Fès. Dans sa déclaration à la presse, le président de la Chambre des conseillers a noté que «la campagne électorale n’est pas une guerre. Mais plutôt d’un débat d’idées qui doit être serein et constructif». «C’est aussi une occasion pour rencontrer les élus et militants du parti, et présenter les grandes lignes de notre programme», renchérit-il. Pour lui, «il est temps d’agir car la crise bat son plein… à cause d’un gouvernement qui a vendu du rêve, a promis l’impossible, et n’a pas réussi à réaliser le possible».
    Face à ces contraintes, le PAM veut assurer le changement vers le meilleur. Sa recette: «parler avec franchise et être à l’écoute des Marocains et à l’écoute de leurs aspirations, leurs revendications, leurs espoirs et leurs requêtes». «Certes, nous ne pouvons pas tout faire, mais grâce à notre vision et nos compétences, nous promettons une gouvernance nouvelle, bâtie sur l’écoute et le réalisme», affirme Benchamach. Pour lui, le programme de sa formation s’étale sur les 10 ou 15 prochaines années, et non sur 5 ans. «L’exécution de notre programme favorisera l’intégration du Maroc dans le concert des pays développés à travers la résolution des questions sociales et économiques que les programmes quinquennaux tracés n’ont pas pu résoudre», ajoute-t-il. Et d’appeler enfin les militants du PAM à participer massivement au scrutin du 7 octobre prochain. «Cette date sera le début d’un combat de l’action réelle si les résultats des urnes seront en notre faveur», conclut Benchamach.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc