×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Régions

    Effondrement de Casablanca
    Faut-il déléguer l’octroi des autorisations d’urbanisme?

    Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4839 Le 19/08/2016 | Partager
    Une option face au manque d’expertise des élus
    A quand une haute instance dédiée au secteur?
    Le rôle du bureau de contrôle primordial pour prévenir les catastrophes
    effondrement_casablanca_039.jpg

    En cas d’effondrement, la responsabilité est partagée par l’ensemble des intervenants, mais c’est au bureau de contrôle qu’incombe une large part de la responsabilité, celle de la vérification des fondations, des poteaux, la préparation du plan de structure en béton armé… (Ph. L'Economiste)

    Déléguer la gestion des autorisations d’urbanisme à une entreprise privée ou une SDL. C’est la solution préconisée par des professionnels pour lutter contre l’anarchie dans le secteur du bâtiment. Deux semaines après l’effondrement d’immeubles dans le quartier populaire de Sbata, l’Association nationale des bureaux de contrôle technique (ANBCT) réagit. Cette structure représente, comme son nom l’indique, un maillon incontournable dans la chaîne des intervenants dans l’acte de bâtir, celui du contrôle technique. «Le rôle du bureau de contrôle est capital et bien plus critique que celui de l’architecte. C’est à lui que revient la responsabilité de s’assurer de la bonne résistance des fondations», explique Redouane Nqairi, président de l’ANBCT. En cas de problème, c’est toujours l’architecte qui est mis sur le devant de la scène. Mais, ce dernier ne maîtrise pas forcément le volet technique. En effet, le travail de préparation du terrain incombe au bureau de contrôle, qui se charge entre autres d’établir le plan de structure en béton armé, repérer les poteaux, vérifier la résistance des fondations... Le cas échéant, il faut préparer un plan de renforcement avec des critères bien précis. «Visiblement, tout ce travail n’a pas été fait dans les règles pour le cas des effondrements de Bourgogne, Sbata …», poursuit Nqairi.

    Selon cet ingénieur, la responsabilité dans ce type de catastrophe est partagée par l’ensemble des intervenants (architectes, bureaux de contrôle, promoteurs, fonctionnaires…). Malheureusement, chacun essaye de se prémunir en délivrant des attestations «bidon», ou en invoquant des «réserves».
    Pour leur part, les élus qui délivrent les autorisations d’urbanisme, n’ont pas l’expertise nécessaire pour statuer sur les dossiers. «Ils doivent être assistés par des professionnels», souligne Nqairi. La meilleure solution serait de déléguer ce service à des privés ou à une SDL, ayant l’expertise requise pour octroyer ce type d’autorisations. «La gestion déléguée a été adoptée pour les services de la propreté, la distribution … Pourquoi pas l’urbanisme?», s’interroge Nqairi.
    Informel, matériaux non conformes, contrôle défaillant, fonctionnaires complaisants, intermédiaires … Les plaies du secteur de la construction sont pléthoriques.
    Pour mettre un peu d’ordre, les professionnels préconisent la création d’une haute instance dédiée au secteur de construction.  Cette autorité pourrait compter parmi ses membres des représentants de l’ensemble des intervenants dans l’acte de bâtir. A commencer par le volet ingénierie (architectes, bureaux de contrôle …), les promoteurs immobiliers, les fabricants et distributeurs de matériaux de construction…
    Le renforcement de l’arsenal juridique est un bon début (Cf. notre édition du 5 août 2016). La loi n°66.12, adoptée au Parlement mercredi 3 août, resserre les vis. Cahier de chantier obligatoire, amendes plus corsées, obligation de signaler toute infraction dans les 48h, temps d’arrêt de chantier réglementé … Mais encore faut-il appliquer les lois et serrer le contrôle sur le terrain.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc