×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Amir Al Mouminine

Par L'Economiste| Edition N°:1572 Le 31/07/2003 | Partager

Dans le discours du Trône, SM le Roi a réaffirmé avec force le rôle prédominant qui lui revient en matière religieuse, au titre d'Amir Al Mouminine. Le Constituant a parfaitement compris que la religion demeure un point central au sein de notre société. Ainsi a-t-il tenu à centraliser et concentrer l'orientation religieuse entre les mains d'Amir Al Mouminine, à qui il appartient de décliner cette orientation, à travers les différents Conseils des Ouléma, qu'Il crée à cette fin.Le but du Constituant est naturellement d'éviter à la société les divisions et contradictions stériles que pourrait engendrer l'absence d'une autorité centrale religieuse. De ce fait, au Maroc, il n'y a pas motif à ce que la religion devienne un enjeu politique. La distinction entre le religieux et le politique est clairement établie: ils ne se rejoignent qu'au niveau du Roi.En conséquence, tout usage de la religion à des fins politiques est donc contraire au choix fait par la société marocaine. C'est pourquoi SM le Roi a clairement déclaré qu'il n'y a pas de place au Maroc pour des rites importés, visant à créer la confusion et jetant l'anathème sur les uns et les autres. Cet ensemble d'orientations constitue en réalité le point de départ d'un véritable combat idéologique, engagé désormais contre l'extrémisme et le fanatisme.Le Maroc ne renoncera pas à son projet démocratique et moderne, a confirmé le Roi. L'islam tel que le pratiquent les Marocains fonctionne avec ce projet et il n'y a nul lieu pour d'autres rites qui viendraient remettre en cause nos choix de société.Ainsi, la première réaction contre le fanatisme et le terrorisme fut sécuritaire: chacun doit avoir la garantie de sa sécurité et celle de ses biens. Puis, il y eut la réaction de la société civile, qui massivement a confirmé son choix de modernité, y compris dans l'adversité. Maintenant, parce qu'une société laissée dans le dénuement idéologique est condamnée, vient le temps de la guerre morale, avec le réarmement idéologique donné par le discours Royal.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc