×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    L'Edito

    78%: Qui gagne quoi?

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5557 Le 16/07/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg
     

    Il y a plus de filles que de garçons qui réussissent leur bac. Cette donnée aurait fait les grands titres, dans les années 1980-90, alors qu’on voyait déjà monter ce phénomène. Un phénomène dont on ne devrait peut-être pas se féliciter autant: il y aura un jour de gros soucis là-dedans.
    Cette année, c’est le score de réussite qui retient l’attention: très moyen pour la première «manche», bien rattrapé ensuite. Trop bien rattrapé?! 
    Les opposants disent que cela ressemble aux scores électoraux des républiques bananières. Les profs et leur département disent que c’est le résultat des efforts de tous (voir nos informations ci-contre: les chiffres et les commentaires). 
    Impossible de conclure. D’autant plus qu’il est exclu d’accéder aux chiffres bruts qui permettraient d’étayer des arguments, avec des probabilités.
    Ce taux de réussite entraînera à l’automne de lourdes difficultés de places pour les étudiants. Le contexte est celui de la peur du mot «sélection»: l’accès est fermé pour des spécialités qui pourraient soutenir à terme l’ambition de «puissance continentale»; les portes sont ouvertes là où il y a déjà des dizaines de milliers de chômeurs. Le seul intérêt de ce vaste désordre est de créer un bon réservoir de manipulations politiciennes.
    Les branches ultra-sélectives, tenues d’une main de fer par leur groupe de pression (comme les professions médicales), éviteront le souci des places. Même si elles savent qu’elles desservent les intérêts du Maroc et des Marocains. 
    Inversement, les autres filières auront-elles assez de bancs, de profs, de compétences…?
    Méditons cette histoire: Mitterrand avait fixé un objectif: le bac pour tous. Il ne songeait qu’à élever le niveau moyen de sa population. Vingt ans plus tard, le bac est démonétisé et comme on a peur des mots, on inventa un des plus gros programmes mondiaux de sélection: «Parcours sup», dont les ratés perturbent jusqu’au Maroc. Qui a gagné quoi?

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc