×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

L’Etat

Par L'Economiste| Edition N°:1806 Le 07/07/2004 | Partager

Qui a décidé de bloquer le fonctionnement des contrats spéciaux de formation à l’OFPPT?C’est comme si une banque soupçonnant un de ses comptables fermait toutes ses agences juste pour pouvoir faire son enquête, et tant pis pour les clients. Ce comportement est de l’abus de pouvoir de la part d’une administration qui devrait plus que toute autre, être soucieuse du service au public. Aujourd’hui, il n’y a ni service ni public: alors que l’escroquerie est selon toute vraisemblance asséchée depuis au moins un an, que l’IGF a remis son rapport…C’est maintenant que l’on ferme les guichets! On croit rêver!Cela ressemble de plus en plus à des règlements de comptes ou des rivalités de personnes et de clans. Ils sont si préoccupés de se porter les coups les plus durs, qu’ils ont oublié que les clients attendent, que les entreprises ont payé et fort cher, pour que cet office existe. Des entreprises ont payé pour que tous ces gens qui aujourd’hui se battent, reçoivent leur salaire chaque fin de mois, du directeur au ministre en passant par les cadres, le personnel et le syndicat!Mais comment la gestion des ressources humaines de ce pays a-t-elle pu tomber aussi bas pour que des gens de ce niveau en arrivent à faire le coup de poing! Les hiérarchies politiques, administratives, techniques ou syndicales sont respectées quand et parce qu’elles sont respectables. Ce n’est pas le spectacle que donne l’Office et tout ce qui tourne autour de lui: mépris des clients au point de fermer les guichets, mépris de soi-même au point de se battre!L’heure n’est plus à chercher et punir les responsabilités (sans oublier de sanctionner les dénonciations calomnieuses). Ce sera pour plus tard. L’heure est à trancher fermement, fortement, dans le vif et vite, pour rétablir le service au public. C’est l’autorité de l’Etat et sa capacité à servir les citoyens qui sont ici bafouées.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc