×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

XXIe siècle

Par Nadia SALAH| Edition N°:4973 Le 03/03/2017 | Partager

Identifiant Scald invalide.

Ce n’est pas une question personnelle. Au contraire, comme de nombreux citoyens de ce pays, l’auteur de ces lignes a un admiratif respect pour les Pr. Bourquia et Azziman.
Mais il faudra bien qu’un jour les choses soient dites. Ce n’est pas en interdisant la prise de parole aux membres du Conseil que l’enseignement s’en trouvera mieux: «Rendez le débat impossible et vous tuerez le goût de savoir» (Christopher Lasch). On a tous compris pourquoi le Conseil s’est engagé sur ce chemin.

Il ferme les bans parce qu’il s’est fait avoir «comme un bleu» par la demande  d’avis de Benkirane sur la gratuité, demande hautement piégée pour des basses questions de rivalité politicienne. Il aurait pourtant suffi que le Conseil se mette au diapason du XXIe siècle: expliquer aux citoyens ce qu’il en était vraiment, avant que le PJD fasse son miel en déformant cette affaire. Eclairer, communiquer avec les citoyens est le minimum que l’on puisse exiger dans une démocratie, surtout quand elle est, comme le Maroc, menacée tous les jours par des visions totalitaires et obscurantistes… lesquelles tentent, avec un certain rendement, de passer par les écoles.
Voilà pour le contexte.

Maintenant, les chiffres. Entre révolte et abattement, c’est l’émotion qui prend le dessus devant  le niveau scolaire de nos enfants.  Celle-ci est si forte qu’on ne s’aperçoit pas que ces chiffres n’ont aucun sens pratique. Comment se fait-il qu’on ne connaisse pas l’écart type autour des moyennes? Pourquoi ne dit-on pas comment est construite la référence qui donnerait les 100 points? Par quel aveuglement en arrive-t-on à «globaliser» des niveaux qui sont par essence individuels, ou pour le moins, classe par classe? Est-ce qu’au moins ces résultats seront pris en main par des profs de bonne volonté, les seuls à pouvoir agir?

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc