×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Villes

Par L'Economiste| Edition N°:4722 Le 04/03/2016 | Partager

Il y a plus de trente ans que les gouvernements marocains contiennent un département, ministère de plein exercice ou bien ministère délégué, ou secrétaire d’Etat, chargé de l’urbanisme, avec ou sans le logement.
Pourtant aujourd’hui, encore moins qu’hier, l’urbanisme n’est même pas un mot qui fasse consensus sur le sens qu’il convient de lui donner.
«Barcelone ou Calcutta» résumait l’un des grands walis de Casablanca, Driss Benhima, dans l’espoir que la gestion municipale fasse son aggiornamento. Peine perdue! Les intrigues des élus et des spéculateurs ont obtenu sa tête.  Calcutta, 5 millions d’habitants dans le centre-ville et 20 millions autour, est en train de changer. Pas Casablanca, qui a besoin d’une autorité très puissante, celle du Souverain, pour accepter de bouger un peu, très lentement, et en déformant autant que possible les plans convenus.
On espérait que les nouveaux élus changeraient le style. Pour l’instant, il n’y a pas grand-chose. En revanche, un conseil, celui de Rabat cette fois,  a encore donné le spectacle honteux de rivalités personnelles et de carrières pas bien nettes.
Là où elles existent, les Sociétés de développement local, créées avec un quart de siècle de retard, tentent péniblement de tracer des lignes de force. Elles n’ont pas de secours à attendre du ministère de l’Urbanisme: le système politique a toujours cette navrante propension à engloutir les compétences. Il n’en restitue que des marchandages instables où les citoyens sont sûrs de discerner mépris et corruption.
Pendant ce temps, tout le Maroc s’est mis en marge des progrès planétaires. Aujourd’hui on parle de villes-monde, chefs de file de la compétition universelle, aux côtés ou à la place des Etats. Nous ne sommes vraiment pas au rendez-vous de cette donne, qui n’est pas si nouvelle.
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc