×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Verre

Par L'Economiste| Edition N°:2412 Le 30/11/2006 | Partager

C’est un sujet hautement important que celui de la vente et de la consommation d’alcool. Important parce qu’il permet de repointer du doigt quelques aberrations que subit la société marocaine. Sur ce dossier, pour lequel on n’aime pas les détails, il y a comme qui dirait une certaine bienséance léthargique, qui finit par devenir une fin en soi. Cette bienséance veut qu’on ne tolère pas de débat sur ces questions-là au motif qu’elles figurent au cœur des choix religieux du pays, etc.Il faut bien l’admettre, c’est un des domaines où les tiraillements, pour ne pas dire les contradictions, entre les impératifs de libertés individuelles et ceux du conservatisme s’expriment le mieux.La consommation et la vente d’alcool au Maroc sont sources de procès potentiels. En théorie, chaque Marocain musulman qui prend un verre d’alcool ou achète des spiritueux court le risque d’être coffré par la première rafle. Il y a un énorme déphasage par rapport à la pratique. Fort heureusement d’ailleurs, sinon il n’y aurait pas assez de prisons ni assez de magistrats pour suivre! Bien sûr, les pouvoirs publics se complaisent de cette situation de ni-ni, dans la mesure où ils trouvent leur compte dans la manne fiscale qui en découle. L’insécurité juridique présente en outre l’avantage d’entretenir toutes les formes de racket!En revanche, le non-dit est de rigueur pour tous les autres aspects. Comme par exemple pour ce 31 décembre qui coïncidera avec le jour de l’Aïd. Il faut que le gouvernement prenne conscience d’un problème qui ne se résume pas simplement à une question de convictions religieuses. Il est surtout de son devoir d’anticiper, de planifier, de dire à l’avance quelle est clairement sa position au lieu de laisser les opérateurs du tourisme s’adapter comme ils peuvent. Le diable est dans les détails, dit le dicton. Il n’est pas forcément au fond d’un verre!Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc