×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Urgences

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:4935 Le 10/01/2017 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    Les attentes démocratiques se retrouvent totalement décrédibilisées par les atermoiements autour de la constitution de la majorité. Les Marocains en ont plus qu’assez d’une classe politique et de son archaïsme qui s’étale au grand jour. Oui, les institutions tournent, et fort heureusement d’ailleurs, sans gouvernement. Au-delà, il s’agit bien d’une crise dont on ne sait s’il faut en rire ou en pleurer. Comment faire en effet quand le leadership politique n’est toujours pas le résultat immédiat de la démocratie représentative. Au nom de la démocratie justement, les concitoyens sont en mesure de souhaiter d’autres manières de rechercher du résultat pour sortir le pays d’une longue période d’incertitude.

    Dans le contexte marocain, l’on voit bien que la paralysie est loin d’être la conséquence d’un fait autoritaire. Et pourtant, comment ne pas être interpellés par des impératifs d’efficacité lorsqu’on ouvre les yeux sur un monde, très différent d’il y a à peine quelques années et qui n’est  ni entièrement démocratique, au sens exotique et naïf du terme, ni entièrement autoritaire, au sens totalitaire.

    En attendant de voir ce que donneront cette année les nombreuses élections en Europe; on le remarque bien en Russie et probablement à partir du 20 janvier aux Etats-Unis -si Trump tient ses «promesses»- les tentations d’autoritarisme ne se situent plus en lisière des démocraties mais de plus en plus au cœur des systèmes politiques. Elles figurent même au sein des urgences de leurs électeurs. Ces nouvelles donnes incitent un peu partout à des stratégies adaptatives, à commencer par la réactivité, pour ne pas être largués. Ceux qui ne l’ont pas compris se trompent complètement. C’est en méprisant les véritables urgences des populations qu’on crée des menaces pour la démocratie.

     

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc