×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Tuer la régionalisation?

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5360 Le 28/09/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    La Banque mondiale, le Forum de Davos… évaluent la qualité des services publics liés à l’investissement. Le Maroc est assez  bien classé. Mais les concurrents se démènent avec un service rapide, bien fait et transparent.

    Néanmoins, il y a une entourloupette là-dedans. Parfois l’enquête saucissonne le service public en petites tranches, qui fonctionnent bien à leur toute petite échelle, alors que le global est désastreux.

    C’est le cas des investissements immobiliers. Il arrive que le désastre soit grand, la corruption si évidemment lourde et répandue, l’incompétence si profonde, que ces services-là sont comme enveloppés d’un voile de pudeur: «c’est trop grave», «on n’en parle pas», «c’est l’image du pays qui est en jeu». Tout le monde l’a pensé et chacun l’a dit, un jour ou l’autre.

    Tant pis, parlons de ce qui a l’air d’être le pire du pire. La Fédération nationale des promoteurs immobiliers a calculé qu’il faut 143 signatures différentes pour un programme de logements. Et cela prend en moyenne 436 jours, soit plus de 14 mois (bien lire: plus de quatorze mois!!).  Lorsque de grands investisseurs, organisés et puissants, se plaignent de ce genre d’avanies, qu’arrive-t-il aux plus petits?

    Comment accumule-t-on autant de contrôles pour, à la fin, avoir ce qu’on a sur le terrain? Des conflits d’autorités, des marchandages électoraux,  des partages de marchés,  de la corruption... Il n’y a que ceux qui trempent dedans qui sont assez arrogants pour croire que les citoyens ne comprennent rien à ces jeux.

    Ce genre d’outrages au bon sens n’est pas perdu pour tout le monde, ni du côté de ceux qui signent, ni du côté de ceux qui font signer. Ce n’est qu’une enfilade d’abus de pouvoirs locaux, abus lucratifs bien sûr.

    Et il y a un autre gros, gros problème derrière celui-là: comment  parler de régionalisation, comment croire en la régionalisation quand les systèmes locaux abritent ce genre de prédations?

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc