×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Topaze

Par L'Economiste| Edition N°:4092 Le 13/08/2013 | Partager

A l’école, en cours de français, on devrait introduire la pièce de théâtre «Topaze» de Marcel Pagnol. Peu connue, cette œuvre montre un conseiller municipal s’adjoignant un honnête et naïf instituteur, Topaze, pour détourner l’argent de la commune. Désordonné, opaque et soumis à toutes les pressions, le cadre municipal est le lieu idéal du gaspillage et de la corruption.
En étudiant cette pièce comique,  les enfants des écoles retiendraient la leçon, à savoir les risques qu’il y a à laisser se développer pagaille et trouble.
La leçon est nécessaire, car, à y regarder de plus près, Topaze et ses dérèglements sont bien en dessous de quelques-unes des villes du Maroc.
Or ne voilà-t-il pas que le gouvernement décide d’ajouter à la confusion ambiante  en décidant une amnistie fiscale pour les taxes locales?!
Les amnisties fiscales, le Maroc connaît. Il les a pratiquées  quand il était sous Programme d’ajustement structurel, le célèbre PAS, pour ramasser de l’argent. En réalité, c’était du racket pur et simple. Le pays a mis dix bonnes années à se relever de cette monumentale bévue et à retrouver un fonctionnement  fiscal à peu près cohérent.
En effet, qu’est-ce qu’une amnistie fiscale? C’est ce qu’en disent les communiqués officiels qui promettent que c’est «la première et la dernière fois», juste «pour attirer des contribuables redoutant les amendes»… Mais c’est surtout ce que les communiqués officiels ne disent jamais, c’est-à-dire une vaste prime à la fraude.
Décréter une amnistie revient à afficher partout que les fraudeurs ont eu raison de frauder. Inversement, l’amnistie proclame  que les contribuables qui payent honnêtement leurs impôts sont des dindons à plumer.
Il y a une seule exception, si, entre-temps, l’administration a fait sa révolution dans les rôles et le recouvrement fiscaux. Malheureusement, on sait tous dans quel état «topazien» vivent les administrations municipales…

Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc