×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Tiers-Monde

Par L'Economiste| Edition N°:1898 Le 17/11/2004 | Partager

Les Casablancais disciplinés? Respectueux de leur environnement? Ne jetant plus leurs ordures à tout va? Cela relèverait du miracle. Et pourtant, ils devraient changer leurs habitudes car les autorités de la ville ont décidé de sanctionner les atteintes à l'hygiène, à l'environnement et à la propreté des rues. Il n'est plus question donc d'étendre son linge sur les balcons, de secouer son tapis sur la tête des passants, de leur jeter l'eau qui a servi à nettoyer la maison…Et tenez-vous bien, les mesures qui devront être appliquées datent des années 30 et 50! Au-delà de cette décision, qu'il faudra adapter aux réalités de la ville et à l'existant déjà bien installé, cette mesure fait émerger un constat consternant: sévir pour éduquer les citoyens. Car nos rues sont devenues tellement sales, les comportements des citoyens tellement hallucinants que cela dépasse même l'étiquette collée aux pays tiers-mondistes.Depuis des années, des millions de sonnettes d'alarme ont été tirées. Mais cela n'a servi à rien. Pas de contrôle rigoureux, pas de verrouillage des mécanismes, surtout pas de conscience du tout. Nos villes se sont lancées, à en perdre haleine, à la course au développement, ignorant totalement l'environnement et le cadre de vie, les laissant tout bonnement pourrir. Finalement, cette mesure remet sur le tapis tout ce que le Maroc aura perdu avec les années dans le domaine du civisme. Et si les Marocains sont exigeants quant à la qualité dans les services, en contrepartie, ils doivent l'être aussi dans leur mode de vie. Des brigades de contrôle seront créées et auront toute latitude pour sévir. Encore faut-il leur donner les moyens juridiques pour le faire et éviter de leur jeter… des peaux de banane.Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc