×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

SMIG

Par L'Economiste| Edition N°:1794 Le 21/06/2004 | Partager

NE détournez pas le regard, même si vous touchez dix fois plus. Le SMIG nous concerne tous. Il est plus qu’un revenu minimal, c’est le miroir de toute notre économie et de nos défaillances de gestion.Sa double augmentation n’enthousiasme pas les bénéficiaires qui restent en dessous des 2.000 DH par mois, et encore avant IGR et CNSS! Difficile d’en vivre, même célibataire et avare. La double augmentation ne réjouit pas non plus des centaines de milliers d’autres qui ne touchent pas le SMIG parce qu’ils ne sont pas déclarés, et continueront à vivre dans ce que le pays appelle savamment «l’informel», et qui n’est que de l’abus sur un salarié en position de faiblesse. On regrette que chaque augmentation ne s’accompagne pas de plus de sévérité pour les employeurs fraudeurs. La double augmentation réjouit encore moins les secteurs qui ont tout bâti sur un coût de main-d’œuvre bas: BTP, confection, tourisme, commerce… la marge et parfois la survie sont menacées. Personne n’est content et personne ne le sera jamais. Même si on double le SMIG, les Smigards se sentiront encore pauvres, comme tous les salariés qui touchent déjà 4.000 DH. Même si on le divise par 2, les patrons diront que c’est encore trop. Le problème est que nous devons produire au prix des Chinois, nos concurrents, et vivre au niveau européen, nos modèles de vie. Il est clair que nous ne nous en sortirons jamais si nous n’arrêtons pas de poser le SMIG, et tous les autres salaires, en terme nominal, ou de pouvoir d’achat, mais en termes de contributions. Que donne un Smigard? Est-il bien formé pour donner plus, gagner plus, et encore donner plus, et gagner plus? Est-il bien contrôlé, bien encadré? Ses directeurs ou ses patrons ont-ils bien organisé l’entreprise pour cela? Sinon, c’est à eux qu’il faut appliquer une double diminution de salaire, ou les ramener au SMIG.Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc