×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Sécurité

Par L'Economiste| Edition N°:1584 Le 19/08/2003 | Partager

Un quartier difficile ici? Pas du tout! Moi, dit le commissaire, je ne fais que surveiller les 10 policiers du commissariat; et eux tiennent les centaines de délinquants. Si les délinquants savent qu'ils seront libérés contre bakchich, le quartier devient alors difficile. Ce témoignage de la base policière, simple, plein de bon sens, peut éclairer sur la grande délinquance, comme celle du Nord.Aujourd'hui, l'Etat poursuit ceux qui furent ses responsables, les renie au lieu de les couvrir. C'est très positif.Il serait simpliste de généraliser et condamner toute la police et la justice, parce que des gradés sont impliqués. Dans ces corps, des milliers d'hommes et de femmes travaillent, qui sous un soleil de plomb, qui sous une montagne de dossiers. Leur quotidien est héroïque, mais ne peut faire la Une des journaux. Ils ne sont ni des saints ni des démons; ils sont des êtres humains, donc faibles. Et la tentation est là, de plus en plus forte. Celui qui résiste à 1.000 DH ne sait pas résister à 10.000, et le résistant à 10.000 DH cède à 1 million de DH. La seule protection possible est le contrôle permanent d'un Etat vigilant, sur ses “outils” de sécurité. Aujourd'hui, il sévit, le communique bien, et la population apprécie. Mais elle attend, après cela et les attentats, un autre rapport avec la police: celui d'un service public qui protège la victime et le citoyen honnête, traque le mal et non l'argent.Car ces mafias du Nord ne sont que la suite logique des petits rackets quotidiens: le policier qui se cache au lieu d'aller au centre du rond-point diriger la circulation, ou la rafle qui laisse les voleurs au couteau et harcèle les couples. Signe des temps, le premier assassinat terroriste, dont fut victime le notaire, a été commis par des intégristes, déguisés en rafle pour bonnes mœurs.Si elles restent impunies, ce sont ces dérives policières et judiciaires quotidiennes, fascinées par l'argent, qui grossissent et rencontrent un jour… un mafioso, qui avec 10 policiers, veut tenir tout un pays.Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc