×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Sanctuaires

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:5381 Le 29/10/2018 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    Le maintien de GMT+1 est sans doute une mesure voulue et souhaitée par bon nombre de concitoyens. Les changements d’heures saisonniers sont éprouvants et remis en cause depuis plusieurs années.

    En dépit de sa justification, il manque pourtant à cette décision quelque chose d’important: le temps de la réflexion, du débat. L’exercice pédagogique organisé à l’issue du dernier conseil de gouvernement  semble chiche et bien tardif. Il faut en finir avec les réflexes de boîtes noires où l’opinion publique est mise devant le fait accompli de décisions supposées inaccessibles à nos petits cerveaux, sans efforts d’explication ni véritable processus de concertation.

    La concertation se situe en amont du cycle de production des réformes. Il lui est reconnu des vertus tant dans sa capacité à nourrir la qualité des matériaux de l’action publique que d’enrichir les autres instruments de bonne gouvernance.

    Encore faut-il que la démocratie participative joue pleinement, c’est-à-dire qu’elle puisse associer la société civile, et que la démocratie élective ne soit pas malade. C’est-à-dire que l’action partisane joue son rôle de relais, pour donner du sens, le cap et l’orientation des changements.

    A l’heure de la désaffection des citoyens face à la politique, il s’agit aussi, lorsque le besoin s’impose,  de remobiliser autour de visions et normes qui soient perceptibles rapidement par tous. C’est la meilleure réponse aux critiques de ceux qui seraient tentés de voir dans certaines réformes l’expression d’intérêts particuliers.

    Ce qui est valable pour GMT+1, l’est pour les petits et grands sujets qui doivent sortir de leurs  sanctuaires.  Certains exigeront sans doute des réglages techniques, d’autres des efforts d’ingénierie juridico-financière. Cependant ces réformes doivent rester avant tout des enjeux de démocratie et de transparence.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc