×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Rien

Par L'Economiste| Edition N°:2728 Le 05/03/2008 | Partager

L’Espagne et l’Allemagne viennent d’annoncer qu’elles vont manquer d’électricité dans quatre à cinq ans. Cette annonce nous concerne-t-elle?Elle nous concerne directement car le Maroc comptait sur l’interconnexion avec l’Espagne pour faire l’appoint, lequel sera de plus en plus important puisque le ministère de l’Energie en changeant de ministre n’a pas changé d’attitude: il ne fait toujours rien.Il ne faut pas que le ministère nous raconte des histoires à dormir debout: le plus beau des contrats ne peut en aucun cas garantir l’approvisionnement si le fournisseur est lui-même en manque. L’Espagne ne sacrifiera jamais ses propres usines et ses propres citoyens juste pour nous faire plaisir.En face de cette situation gravissime, qu’avons-nous? Rien, justement. La ministre nous rebat les oreilles avec l’énergie alternative. Mais son département ne fait rien pour la promouvoir, et bien franchement ce n’est pas avec des panneaux solaires ou des petites éoliennes qu’on fera tourner le tissu industriel et agricole tel qu’il est aujourd’hui. Le Maroc n’est plus à un si bas niveau de développement. Les sources alternatives d’énergie ont par nature des applications limitées. Le ministère et sa ministre nous parlent aussi du nucléaire comme si nous ne savions pas compter. Il faudra une vingtaine d’années pour installer une production d’électricité nucléaire significative et il est possible que l’essentiel soit destiné à dessaler l’eau de mer. Que faisons-nous en attendant?L’ONE rencontre des difficultés pour installer sa prochaine centrale, ce qui est enfin du concret. Que fait le ministère pour l’aider? Rien.Durant les trente dernières années, nous avons souvent changé de ministre de l’Energie, secteur stratégique s’il en est. Aucun ne s’est montré à la hauteur des enjeux de son secteur. Faudra-t-il encore une fois recourir aux coupures forcées, aux «délestages» comme on dit diplomatiquement, pour qu’enfin quelqu’un daigne prendre en main sérieusement la question énergétique?Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc