×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Ras-le-bol

Par L'Economiste| Edition N°:2912 Le 01/12/2008 | Partager

Il y a des jours (pour ne pas dire tous les jours) où c’est le grand ras-le-bol.-Ras-le-bol de l’inefficacité et de l’incompétence: aujourd’hui, si les entreprises, comme les particuliers, payent leurs impôts, ils demandent en retour le Smig des services administratifs qui se mettent systématiquement aux abonnés absents.-Ras-le-bol des tristes records des accidents de la route: dans ce domaine, c’est de passe-droit, d’impunité, d’irresponsabilité et d’inconscience dont nous devons parler ouvertement. Une répression exemplaire et dissuasive est une des grandes préventions, qui peut sauver des vies.-Ras-le bol de la corruption: elle est partout, vicieuse et pernicieuse et ses dégâts sont tragiques. A ce niveau, le nettoyage des mentalités sera long, très long.-Ras-le-bol de l’incivisme: comme pour la corruption ou l’analphabétisme, le civisme devrait être intégré dans les critères de développement d’un pays. -Ras-le-bol de la pollution: pas de contrôle rigoureux, pas de verrouillage des mécanismes, surtout pas de conscience du tout. Nos villes se sont lancées, à en perdre haleine, à la course au développement, ignorant totalement l’environnement et le cadre de vie, les laissant tout bonnement pourrir. Si les Marocains exigent de la qualité lorsqu’ils achètent et consomment, ils doivent le faire aussi pour la propreté de leurs trottoirs et de leurs quartiers.-Ras-le-bol d’une hygiène catastrophique: si le pays continue à faire de la résistance, il finira par payer l’addition et s’enfoncer dans une zone à haut risque.Et la liste des ras-le-bol est encore longue. Il serait temps de stopper les habitudes tenaces qui ne font que pénaliser chaque jour le pays. Alors arrêtons de jouer aux pompiers à chaque incendie. Nous finirons tous par cramer.Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc