×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Rapprochements

Par L'Economiste| Edition N°:1869 Le 05/10/2004 | Partager

Il y a des rapprochements de calendrier qui invitent à réfléchir, à dépasser justement ce que le calendrier a de fugace et de conjoncturel.En ce moment, le Souverain belge est en visite dans le Royaume pour la promotion de son pays, tandis que deux ministres marocains sont à Madrid, autre Royaume, pour faire coïncider lutte contre les trafics illégaux et développement.La Belgique et surtout la région de Bruxelles ont été et sont une très grande zone d’installation pour les migrants marocains, légaux et aussi illégaux. L’Espagne est aussi une zone cible de première importance, pour les migrants, y compris illégaux; l’Espagne qui n’a pas vraiment oublié qu’il y a 25 ans encore, ses hommes et ses femmes tentaient aussi l’exil pour avoir une vie différente en attendant que leur propre pays devienne aussi une terre d’opportunités. En tout cas, les socialistes espagnols s’en souviennent davantage que les élites du Parti Popular d’Aznar.Mais quelle différence avec le Royaume de Belgique! Une dizaine de Marocains et Marocaines représentent maintenant les Belges au Parlement européen, d’autres siègent depuis longtemps dans les postes électifs tant au niveau national qu’au niveau municipal. Or, curieusement, ce fait est beaucoup moins connu au Maroc que ne l’est la loi sur les foulards pour les écolières françaises. Pourtant, cela a infiniment plus d’importance pour l’avenir des Marocains de là-bas (et aussi d’ici) que le foulard dont on connaît par le menu tous les débats. C’est une évidence… qui n’est pas du tout évidente.Pourtant, cela n’a pas été simple et les Belges ont beaucoup débattu, discuté et disputé pour arriver à ce point d’équilibre communautaire. En Espagne comme en France, ce travail est encore tabou. Passé colonial, différences de développement, racisme… il y a des tas de raisons, bonnes ou très mauvaises, pour ne pas mettre les vraies questions à l’ordre du jour. Et pourtant, il faudra bien y arriver un jour.Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc