×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Raison

Par L'Economiste| Edition N°:2408 Le 24/11/2006 | Partager

Six élus dont trois parlementaires condamnés à des peines de prison dans l’affaire d’achat de voix… S’il y avait un message à adresser à l’électorat sur la volonté d’assainir, il n’y aurait sans doute pas mieux. Sur ce dossier, les magistrats ont fait preuve d’une extrême célérité. Normal, vu les enjeux pour une année préélectorale. Pareilles affaires sont particulièrement préjudiciables. Elles le sont lorsque les scandales éclatent. Elles le sont encore plus lorsque les procédures judiciaires n’aboutissent pas. Le capital confiance dont jouit le champ politique est déjà assez fragile. Il fallait donc que le gouvernement donnât des garanties. Et c’est le meilleur message à adresser pour les élections de 2007. Pas question de parasiter la grande volonté d’assainir. L’enjeu est donc incontestablement démocratique. Ces rebondissements judiciaires risquent de créer un malaise politique dont les partis auront du mal à se défaire. Les formations éclaboussées doivent multiplier les efforts pédagogiques pour prouver que l’exception ne fait pas la règle. Ce ne sera pas évident. Elles doivent prouver que les enjeux politiques ne conduisent pas toujours à se salir les mains et celles des autres.Maintenant les Marocains doivent rester lucides. Car c’est connu, ce sont l’utilisation de l’argent sale, le clientélisme qui poussent les électeurs vers les votes de désespoir, les extrémismes. Bien entendu, ces affaires ont écœuré bien des électeurs. Il ne s’agit pas d’interdire la critique… Au contraire, il faut même saisir cette critique pour imposer aux formations politiques d’accélérer leurs réformes, de réunir des gages de crédibilité et de transparence. Il est tentant de sanctionner ces partis. La sanction politique peut prendre de multiples formes sans devoir passer par des votes punitifs qui ne sont pas forcément des choix de raison.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc