×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Prêt-à-porter

    Par L'Economiste| Edition N°:2540 Le 04/06/2007 | Partager

    Le Maroc arrêtera-t-il de tourner en rond? Espérons-le avec le nouveau code d’urbanisme qui, aujourd’hui au stade de projet, ne rencontrera pas de blocage au Parlement. Bon, disons que c’est déjà un grand pas qui permettra de se débarrasser des horreurs urbanistiques qui ont fini par faire de nos villes de vrais laiderons. L’hystérie a gagné du terrain: tout doit être construit, la moindre parcelle, à tout prix et sans aucune harmonie. Résultat, des espaces de vie invivables.Au fait, c’est quoi au juste un urbaniste? Comme dans une entreprise, avec son conseil d’administration, il manage et gère la cité avec tous les autres intervenants. Dans les livres savants, il est écrit que l’objectif de l’urbaniste est de donner une bonne lecture de la ville et d’un territoire. Autrement dit, mettre en forme le projet territorial et proposer un développement urbain efficace. Rendre la vie des citoyens agréable et pratique. S’adapter à leurs besoins et les anticiper même. En des termes plus simples, un bâti correctement bâti avec tous les équipements nécessaires, sans oublier les espaces verts et aérés qu’une majorité d’enfants ne connaît même pas. La rue étant pour beaucoup leur seul lieu de loisirs. En bref, proposer une véritable stratégie de l’aménagement faisant appel à plusieurs intervenants: architectes, ingénieurs, sociologues, historiens, géographes, paysagistes... La ville doit avoir une âme.Aujourd’hui, le nouveau code de l’urbanisme apporte des changements. Le projet, actuellement en discussion, sera l’occasion pour tous de tenter de réparer les ratés, notamment les lépreux de la ville que sont nos bidonvilles et quartiers insalubres. Ces fameux territoires marginaux où se concentrent et prolifèrent toutes sortes de difficultés sociales. En somme, confectionner un prêt-à-porter pour nos cités. Meriem OUDGHIRI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc