×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Polémique

    Par L'Economiste| Edition N°:2547 Le 13/06/2007 | Partager

    Grosses turbulences sur la classe politique. En cause, les quotas du temps d’antenne et de parole des partis pendant la période de précampagne électorale. Censé moderniser la pratique, ce nouvel outil a soulevé un véritable tollé. Depuis l’annonce de la répartition du temps d’antenne, rien ne va plus dans l’échiquier politique. Au sein des partis, c’est le branle-bas de combat. Les petits et ceux de l’opposition brandissent l’absence du principe d’équité. Selon eux, la majorité sera doublement avantagée puisqu’elle bénéficiera de sa part et de celle de la couverture de l’activité gouvernementale. Les formations de l’opposition ayant un groupe parlementaire n’acceptent pas d’être placées sur un pied d’égalité avec leurs homologues non représentés. Alors que la démocratie exige un temps de parole identique pour tout le monde. Un principe universellement reconnu.Finalement, cette tempête fait rage dans un verre d’eau et pour laquelle l’opinion publique est loin d’accorder le moindre intérêt. Celle-ci a d’autres priorités et n’a pas le temps de s’arrêter sur une polémique uniquement de volume horaire imparti à chaque formation. Attention, il faudra inverser la donne pour que l’énergie dépensée dans ces disputes soit canalisée vers le contenu des messages que les 33 partis comptent nous distiller. C’est sur cette équation que les politiques seront jugés. S’ils veulent accrocher les citoyens, ils doivent faire preuve d’imagination et de créativité pour augmenter l’attractivité de leurs discours. Le grand défi sera de séduire et d’accrocher les Marocains. Chose qu’ils n’ont pas encore réussi à faire. Une opération très délicate face à un électorat déjà allergique et un pro du zapping.Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc