×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Moutons

Par L'Economiste| Edition N°:1456 Le 11/02/2003 | Partager

En ces festivités de l'Aïd, nos poubelles ne sont pas les seules à être remplies à ras bord. Bondés, les transports de voyageurs le sont aussi. C'est bien joli d'avoir des gares routières censées annoncer les réseaux de transport de demain. Encore faut-il adapter l'offre en conséquence. Et surtout, encore faut-il assainir. Lorsque l'Etat n'arrive pas à assurer un niveau de service et de qualité digne d'un pays qui respecte ses citoyens, et d'un pays qui aspire à 10 millions de touristes, qu'il cède place alors au privé. Qu'il concède. L'on croyait certaines scènes révolues mais voilà que notre reportage (voir nos pages intérieures) nous fait redescendre sur terre. Il ne faut pas avoir honte de le dire aujourd'hui: le transport public de voyageurs au Maroc est, à quelques exceptions près, l'archétype d'une entreprise du tiers-monde. Matériel vétuste, pannes incessantes, personnel je-m'en-foutiste, saleté des stations, notion de clientèle absente, horaires fantaisistes, réseau de resquilleurs... et lorsque le voyageur décroche son billet et se retrouve à l'intérieur, il pourra toujours courir pour trouver une place assise. Si tout va bien, il fera alors le voyage dans la situation d'un élevage intensif, accroché à ce qui s'apparente à un tuyau de plomberie, sur un plancher puant, coincé entre trois individus qui ont oublié de prendre une douche la semaine d'avant. Peut-être qu'il aura même la désagréable impression de devenir la volaille qui voyage sur le toit du même autocar. Bien entendu, c'est pour s'attaquer à ce type de problème que nous avons un parlement, des députés, tous munis de voitures de fonction, qui ne se sont sans doute jamais déplacés à la gare Ouled Ziane à Casablanca, plus une kyrielle d'institutions et d'organismes en tout genre, qui, mis ensemble, doivent bien coûter quelque chose à ces pauvres clients-contribuables qui se bousculent comme des moutons… la veille de l'Aïd.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc