×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Monstre

Par L'Economiste| Edition N°:2321 Le 18/07/2006 | Partager

Que l’on ne se méprenne pas: quand l’armée israélienne demande aux civils du sud Liban de partir, il ne s’agit pas de protéger ces civils, contrairement à ce que voudrait faire croire la stratégie de communication devant les caméras occidentales.Il s’agit d’utiliser ses propres citoyens contre le Liban. En effet, il n’y a rien de plus efficace pour créer le chaos économique et politique que de pousser les populations à se déplacer massivement, à abandonner leur travail et leur vie quotidienne. C’est une arme de guerre, et une arme plus forte, plus durable que des bombardements.Cette demande a été largement répercutée et elle a très rapidement été suivie d’effets.Cette demande donne une autre dimension à l’agression israélienne contre le Liban. Il ne s’agit pas seulement «d’éradiquer quelques foyers terroristes». Il s’agit de rendre inopérant l’Etat libanais, juste au moment où il est en passe de terminer un très vaste programme de reconstruction. Dans cette reconstruction, Beyrouth n’a prévu que des forces symboliques pour assurer sa propre sécurité. Quant à ses réseaux diplomatiques, ils ne sont pas parvenus à assez de mobilisation pour réunir le Conseil de sécurité. Pourtant la reconstruction économique et politique était en excellente voie. Tout est perdu.Ce n’est pas un conflit ordinaire que Tel-Aviv a ouvert avec son voisin du nord. C’est une agression qui doit aboutir à l’implosion du Liban. Ceci se produit alors que déjà l’Irak a cessé d’exister en tant qu’entité politique influente, que toute la Palestine a été emprisonnée, que les pays du Golfe sont sous contrôle au point, dans leurs communiqués, d’oublier qui est le vrai agresseur. La déliquescence est telle que c’est vers Al Jazeera que se tourne la conscience arabe, comme si une chaîne de télévision, aussi intéressante et dynamique soit-elle, pouvait remplacer une stratégie et un leadership politique!Une situation monstrueuse par tous ces aspects et une situation que l’on payera très cher!Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc