×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Métiers stratégiques

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5240 Le 29/03/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Dans les premiers jours d’avril, le gouvernement devrait présenter un plan pour le tourisme. Les résultats de 2017 ont été bien meilleurs qu’espérés. Ils ont même été meilleurs que la moyenne mondiale: le Maroc a vu les entrées monter de 10%, soit 3 points au-dessus de la moyenne mondiale.

    Arrivé tard dans l’année 2017, le gouvernement n’y est pas pour grand-chose. Mais avec deux postes, un ministère et un secrétariat d’Etat, il aurait quand même bien fait de souligner cette performance. En effet et surtout dans les domaines sensibles comme le tourisme, les performances passées aident toujours les performances futures. Mais apparemment, dans ce monde-là, les rivalités comptent plus que tout le reste. Passons.

    Le secteur touristique marocain a fait mieux que ses concurrents. Mais qu’est-ce que cela veut dire réellement puisqu’on a des taux d’occupation (réels ou déclarés?) décevants.

    Encore une fois, et comme l’a souligné la Banque mondiale, le Maroc manque d’informations. Il néglige de les produire. S’il les produit, il néglige de les diffuser afin que les gens s’en servent, pour leur profit et donc celui du pays. Pour comparer, le Maroc n’a pas encore fait le changement de modèle qui permet à l’Inde d’avoir un plus grand nombre d’opérateurs capables de choix et de prise de risques.

    Nourri par des données précises et à jour de la police aux frontières, l’Observatoire du Tourisme, inventé pour la Vision 2010, diffuse peu et commente encore moins. On imagine pourtant facilement l’aide qu’il pourrait fournir à tous, autant pour les choix stratégiques que pour les ajustements au jour le jour.

    Entre 6 et 7% du PIB, énorme pourvoyeur d’emplois avec au moins dix travailleurs autour d’un seul touriste (moyenne mondiale), l’ensemble des visiteurs génère quelque 120 milliards de DH de consommation intérieure.
    Que faut-il de plus pour que le tourisme soit soigné comme «métier mondial» du Maroc?

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc