×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    Menace lourde

    Par Abdelmounaïm DILAMI| Edition N°:4797 Le 17/06/2016 | Partager
    abdelmounaim_dilami.jpg

    Le Maroc va mal. Il souffre d’une politique économique désordonnée: le chômage augmente, les faillites des PME aussi. Et puisque les finances publiques sont gravement dégradées, il faudra des années pour remonter la pente. Sait-on qu’aujourd’hui, il y a 140.000 emplois de moins qu’il y a cinq ans?
     Le gouverneur de la Banque centrale a essuyé de fortes agressions écrites et verbales, d’une profonde injustice et parfaitement fausses. Comme avant lui, le ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch et  le ministre des Finances Mohamed Boussaïd, et encore la présidente de la CGEM, le président de la Cour des comptes, le président du GPBM et le haut-commissaire du HCP.
    On sait d’où viennent les coups. Ce sont ceux du PJD, plus exactement de ceux qui, au sein de ce parti, sont chargés de jouer le rôle de faucons. Ils ne veulent pas que l’échec économique de ce gouvernement soit révélé. Ils s’en prennent donc aux «corps neutres» de la Nation. Car ces derniers n’ont pas de groupe derrière eux pour les défendre. Ils sont des cibles et des victimes désignées. Ils cherchent à les terroriser pour les empêcher de s’exprimer.
    Ces attaques utilisent la méthode: «Calomniez, calomniez, il en reste toujours quelque chose». Les exemples sont nombreux: fonds agricole, rapports économiques, travail de la Trésorerie générale, statistiques du HCP,… tous les auteurs sont agressés, afin de les disqualifier. L’objectif est de rester seul sur le terrain. Cette façon d’agir est connue.
    Les faucons s’en prennent violemment et personnellement  aux opposants politiques. Ils attaquent les corps neutres, pour les inhiber, pour qu’ils n’osent plus faire leur travail, alors que leur mission est inscrite dans la Constitution. Cette démarche du PJD est clairement une menace pour la démocratie.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc