×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Logiciel

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:4789 Le 07/06/2016 | Partager
benbabid_edito.jpg

 

Cela aurait dû être le travail des leaders dans les partis, surtout ceux qui ont une expérience de gouvernement. Cela aurait dû, cela aurait pu être le travail des enseignants-chercheurs d’économie et/ou de sociologie et/ou de science politique. Cela aurait dû être aussi le travail des anciens ministres, hauts fonctionnaires ou encore de grands managers qui devraient ressentir comme un devoir de solidarité citoyenne le partage public de leurs savoirs et expériences.
Hélas ces professionnels de la chose publique et de la diffusion des connaissances se tiennent toujours très en retrait.
Il faut mobiliser d’autres forces, comme celle du Centre marocain de conjoncture  ou, la semaine dernière, celle du ministère des Finances, pour reposer la question du modèle économique. Le nôtre date des années 1970-80, à peine révisé sous la pression du Programme d’ajustement structurel, et sachant l’élan donné sous le mandat Jettou, au milieu des années 2000, il s’est perdu sous les deux gouvernements suivants.
Comment voit-on que notre vieux modèle ne fonctionne plus?
On le voit, année après année, lorsque le pays fait des investissements colossaux en pure perte, sans que cela change significativement  la productivité nationale.
On le voit, année après année, quand des choix budgétaires entrent en collision entre eux, détruisant de la richesse au lieu d’en créer (plan solaire contre subvention massive aux énergies fossiles; construction d’écoles partout mais sans maintenance, ni prof assidu;…).
Il était un temps où 20 km d’une petite route changeait la vie de centaines de familles; aujourd’hui on n’arrive pas à entretenir ces premiers 20 km mais on continue de se faire gloire d’en construire 20 de plus pour un profit très marginal, voire contreproductif. C’est le logiciel lui-même qu’il faut reformater.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc