×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Liens sociaux

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5490 Le 08/04/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Dire que la «3e vie» de Driss Benhima (L’Economiste des 5, 6 et 7 avril 2019) a suscité de nombreux commentaires est un euphémisme: cet homme incroyablement actif qui marque tout ce qu’il touche, participe aux travaux de l’Alliance, le think-tank de l’Istiqlal.

    C’est un groupe de bon niveau. Un conseil: si vous recevez une invitation, ne ratez pas l’occasion.

    Il y a plus de commentaires défavorables que favorables (mais comment en être sûr si on se fie aux réseaux sociaux?). Ce sont des critiques à valeur générale, qui ne concernent pas la personne elle-même. Les deux points principaux sont la mauvaise qualité du monde politique et le rajeunissement de ce même monde.

    Au tournant des années 1980/90, soit la fin du programme d’ajustement structurel et le début d’énormes réformes, Feu Hassan II avait demandé aux plus grands des serviteurs de l’Etat (Kabbaj, Meziane, Abouyoub et une bonne vingtaine d’autres du même acabit), d’adhérer aux partis politiques. Ils avaient la liberté de choisir celui qui leur plaisait. Ils pouvaient refuser, ce que quelques-uns ont fait, sans que leur carrière n’en souffre.

    L’idée était d’améliorer de l’intérieur ces formations, en y apportant compétences et expériences théoriques et pratiques. Celles-ci se créent autant avec l’âge qu’avec les diplômes. Malheureusement bien rares sont ceux, au Maroc, qui racontent et écrivent leur expérience. D’où l’idée du roi de pousser ces compétences là où la démocratisation aura le plus besoin d’elles: les partis.

    Hélas, peu de greffes ont pris. Il y eut des déceptions irrémédiables. Les rares succès se taisent. Méchante habitude des élites: on ne partage que parcimonieusement les leçons qui serviraient aux autres, aux jeunes. Et on fit donc, on fait toujours, grande place à ceux qui ignorent mais qui parlent.

    Quel est donc ce pays, petit champion des TIC, qui ne sait plus tisser les liens sociaux pour transmettre et accumuler ses compétences?

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc