×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Les sorcières de Salé

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:4743 Le 04/04/2016 | Partager
    benabid_edito_2016.jpg

    A multiplication d’actes de justice populaire ces derniers temps est un indice inquiétant. Des formes de procès et d’instruction s’organisent de manière sauvage,  avec des dérives agressives contre les individus et les bâtiments, comme ces actes d’homophobie à Béni Mellal ou cette chasse aux sorcières (à prendre vraiment au premier degré) à Salem, pardon, Salé. C’est une menace à la fois pour les libertés individuelles, l’ordre public  et le fonctionnement normal des institutions. La violence du débat politique a semble-t-il contribué à créer un terrain propice où tous les coups sont permis et par extrapolation une partie de l’opinion semble s’être appropriée ce modus operandi. Celle-ci a contribué à nourrir cette spirale en flattant la population, ici dans ses angoisses, là sur de présupposées atteintes à ses valeurs, là encore en rendant illisibles la décision politique et la cohérence gouvernementale. Le discours sur la justice populiste a donc fait le lit de la justice... populaire!
    Dans d’autres pays, ces dérives traduisent d’abord des faillites des Etats. Fort heureusement, nous n’en sommes pas là. Il faut en revanche tuer le serpent dans l’œuf. Celui de voir un système parallèle au circuit normal s’attribuer le pouvoir de juger et de punir. Un premier risque est de délester les institutions légales de leurs prérogatives. Un deuxième est de créer de nouvelles infractions et de même de criminaliser celles qui ne le sont pas. Ces formes de justice ne sont jamais la meilleure option car elles comportent une forte charge émotive. Les sentences se nourrissent de croyances personnelles et conduisent souvent à des arbitrages-vengeances. Le maintien de l’ordre public passe d’abord par le respect de la loi. Il faut donc être ferme contre toute  tentative de «désétatisation» du champ judiciaire. Mais en même temps, il faut occuper le terrain et lutter contre le risque de vide judiciaire et l’impunité.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc