×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Les mots

    Par L'Economiste| Edition N°:2771 Le 07/05/2008 | Partager

    Voilà qui nous laisse sans voix! Le Syndicat des médecins du secteur public «exige» de la ministre, Yasmina Baddou, qu’elle «s’excuse» d’avoir vertement critiqué les conditions faites aux femmes qui accouchent dans les hôpitaux publics. On se souvient que la ministre avait dit que ces «femmes accouchent comme des bêtes». Les mots étaient très forts, choquants… mais pas plus choquants que la réalité des conditions faites aux femmes.Telle qu’on connaît Yasmina Baddou qui ne manie pas la langue de bois, on peut être sûr que c’est ce qu’elle a vu et ce qu’elle a voulu dire.Et cette dénonciation n’a pas plu du tout au Syndicat: il fait mine de prendre la défense des femmes pour critiquer la ministre. Il a raté là une belle occasion de se taire.Certes, il faut relativiser. Ce syndicat ne représente qu’une petite partie des médecins du secteur public. Bien des médecins s’en méfient.Les méfiants ont raison car ce syndicat vient de démontrer publiquement pourquoi la santé publique fonctionne mal. En effet, au lieu de travailler réellement sur le terrain pour améliorer les choses, il préfère se lancer dans une guerre des mots. Difficile de ne pas en conclure que cette guerre des mots est précisément organisée pour que rien ne change sur le terrain. Ce groupement de médecins, dont on ne connaît pas grand-chose, sauf qu’il est capable d’envoyer des communiqués partout, ne tente-t-il pas de déplacer le débat?Au lieu de lutter contre l’absentéisme, contre le mépris des patients, contre la mauvaise organisation, contre la mauvaise gestion, contre la rareté des mises à niveau, contre l’allocation déplorable des ressources… et, il faut aussi le dire, contre le vol et la corruption, au lieu de s’attaquer à toutes ces tâches urgentes, ce syndicat préfère engager le combat contre… la ministre. Cette même ministre qui justement vient de désigner publiquement les maux de la santé. Difficile de croire à un simple hasard!Nadia SALAH

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc