×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:61 Le 07/01/1993 | Partager

Ne nous trompons pas sur le sens des chiffres: lorsque les assurances automobiles affichent des insuffisances tarifaires de 130%, refuser d'ajuster n'est plus de la politique sociale . Ce qu'on est en train de faire n'est rien d'autre que condamner une partie des accidentés à ne jamais être remboursés, alors qu'ils auront payé leurs assurances, y compris dans le billet de bus ou de car.

Ne nous trompons pas non plus sur les accidentés: ceux qui ne seront pas payés. ce sont les plus défavorisés, ceux qui ont le plus de difficulté à faire valoir leur droit, ceux qui ne pourront pas échanger une "intervention" contre une autre, ceux que l'on fait attendre...

Personne n'apprécie les hausses d'assurances, les propriétaires de voiture encore moins que les autres, et ils ont raison. Mais personne ne veut des mécanismes que les mauvais tarifs créent. Il s'agit de mécanismes encore plus graves que la hausse du prix, car ils reviennent plus cher à la société, dévorent la justice et gangrènent le corps social.

En abordant la libéralisation, le Maroc s'est méfié du libéralisme sauvage. Il ne s'est pas assez interrogé sur les risques du social sauvage. Pourtant, il a été instruit d'expériences: sous-tarification chronique des assurances depuis 20 ans avec pour résultats des petits assurés exclus de leurs droits, des abus graves de la part des compagnies aujourd'hui sous administration provisoire, des trafics en tous genres, l'indigence criminelle de la lutte contre les accidents...

Ce ne sont certainement pas là les objectifs recherchés. Mais tels sont les résultats de la politique du court terme. Nous en subissons les effets spectaculaires au niveau de l'électricité et le monde rural risque de les subir au niveau de l'eau.

Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc