×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

L'éditorial

Par L'Economiste| Edition N°:535 Le 23/06/1999 | Partager

Vous avez un problème? Alors cherchez un responsable, ou mieux un coupable; car c'est plus facile que de chercher une solution.
Nous allons vers ce type d'attitude sur le bug de l'an 2000.
Voilà pourquoi l'Apebi, l'Association des professionnels de l'informatique, a organisé une réunion avec les utilisateurs, privés et publics, et le Secrétariat d'Etat concerné, le SEPTI.
A l'origine, c'est bien sûr un problème technique d'informaticiens. Mais, s'il n'est pas résolu, il deviendra une affaire sociale ou politique grave: imaginez que les employés d'une grande entreprise ne soient pas payés, ou que des retraités ne reçoivent pas leur pension en janvier 2000.
Ce serait trop tard pour trouver des solutions, mais on pourrait toujours trouver des coupables. Voilà pourquoi les fournisseurs craignent d'être accusés à l'avance par des utilisateurs inconscients ou négligents.

Beaucoup de spécialistes craignent que les six mois qui restent, et le budget rétréci de 15%, alloué par l'Etat, ne suffisent pas et prévoient de gros dégâts. La recherche de responsabilité et la sanction, positive ou négative, sont nécessaires dans les affaires privées et publiques. Dans ce cas du bug informatique, la recherche en responsabilité arrive trop tard, et uniquement comme illusion de solution.
Mais cette affaire pourrait créer un précédent pour les investissements avortés, l'enseignement dégradé, les administrations bureaucratisées, les dossiers perdus, les énergies humaines gaspillées, la nature polluée... On pourrait commencer à chercher les "responsables" de tous ces bugs sociaux pour arrêter les dégâts. Eux aussi ne devraient pas passer l'an 2000.

Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc