×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Impunité

Par L'Economiste| Edition N°:1766 Le 12/05/2004 | Partager

Le scandale (c’est de cela dont il faut désormais parler) de la gestion du Conseil des oeuvres sociales (COS) de l’Office national de l’électricité n’en finit pas de faire des vagues. Alors qu’on n’en est qu’au début de cette affaire, il apparaît d’ores et déjà que les dégâts financiers seront énormes. Le CIH, encore lui, va peut-être y laisser des centaines de millions de dirhams qui, in fine, seront supportés par le contribuable. Merci pour le cadeau. Dans le sillage, une centaine de familles à Casablanca sont menacées d’expulsion à la fin du mois, la banque ayant prévenu qu’elle allait faire valoir l’hypothèque reçue sur les terrains en échange du financement octroyé au COS pour son programme immobilier. Le cas des oeuvres sociales de l’ONE n’est pas unique. Les autres établissements publics ne font pas mieux. C’est de notoriété publique que les oeuvres sociales sont des zones d’ombre où se mêlent opacité, trafic d’influence et combines de tout genre. L’Etat aurait dû exercer au moins un droit de regard sur ces structures qui sont destinataires de deniers publics à travers la déduction fiscale de la contribution de l’employeur. Au lieu de cela, on les a laissées fonctionner dans un cadre de non-droit total non sans quelques arrière-pensées. Après tout, il valait mieux ne pas fâcher les syndicats qui ont la mainmise sur les oeuvres sociales et ne pas surtout gêner une des sources de leur financement. Chez EDF en France, la Justice a fait une démonstration de force pour une “affaire” mille fois moins grave que celle qui secoue le COS de l’électricien marocain: la prise en charge du salaire de l’assistante du patron d’une organisation syndicale. Le responsable sera sanctionné. Dans le cas du COS de l’ONE, ira-t-on jusque-là?Abashi SHAMAMBA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc