×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Impitoyable

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5832 Le 31/08/2020 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Les appels à la relocalisation se multiplient un peu partout sur la planète dans ce qui est supposé être  l’une des rares bouées de sauvetage économique. L’actualité est là pour le rappeler comme pour la dernière sortie du président Macron. 

Les menaces visent implicitement l’un de secteurs les plus intégrés internationalement dans ses chaînes d’approvisionnement, l’automobile en l’occurrence.

Même si pour ce marché,  le ralentissement est antérieur au Covid, le durcissement du discours sur les considérations de souveraineté industrielle interpelle encore une fois les pays-hôtes comme le Maroc.

Ce n’est certes pas la première alerte française, le débat s’enflammant tout particulièrement dans les contextes préélectoraux, la sagesse économique, puis politique finissant par prendre le dessus. Ce recul n’interdit pas d’analyser froidement la situation.

Théoriquement, le risque de relocalisation guette tout le temps l’industrie automobile dans la mesure où pour cette activité, la production se prête à de la mobilité intra-groupe. C’est la raison pour laquelle les politiques publiques doivent être volontaristes sur ce front et envisager des scénarios loin d’être hypothétiques.

Une première attitude conduit à  rester vigilant sur ce qui peut rendre les délocalisations moins attractives. Alors que les grands groupes restent particulièrement attentifs en ce moment sur les risques d’approvisionnement, il convient de veiller à ce que la crise de la demande ne se double pas d’une crise de compétitivité logistique.

Une deuxième consiste à ne pas s’assoupir sur les hamacs des années fastes et accompagner rapidement la restructuration de l’écosystème automobile (Lire article)

Une chose est sûre: ne rien faire serait le pire des plans dans cette impitoyable bataille pour la souveraineté industrielle.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc