×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Impasse

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:5476 Le 19/03/2019 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    L'improvisation est rarement bonne conseillère. Pour avoir buggé sur les recrutements de l’Education nationale, en confondant urgence et précipitation, le gouvernement a fini par hériter d’une grosse boulette: les contractuels.

    Les contractuels sont l’archétype de ces dossiers casse-cou, négociés les yeux fermés: l’on sait précisément où ça commence, mais vaguement comment ça se termine.

    L’urgence peut se comprendre. Elle est dictée par la tragique dégradation d’un service public décisif à la fois pour la souveraineté économique et sociale du pays.

    La précipitation, elle, puise ses fondements en premier dans les graves défaillances de gestion d’un ministère régalien, incapable de planifier ses besoins RH élémentaires.

    Elle a ensuite pris les apparats d’une opération mal packagée de recrutements massifs avec quelques mois seulement pour pallier les postes, sans être trop regardante sur les profils. Elle a conduit enfin à une quasi-impasse, une série de grèves qui paralysent le système.

    Dans la foulée, comment ne pas croire que cette usine à gaz de 70.000 enseignants en colère ne traduit pas une posture? Celle de l’incapacité d’une majorité à distiller d’une seule voix et depuis des années un message clair et cohérent, sans arrière-pensées électorales ou politiciennes, sur la fin du mythe de l’emploi à vie.

    Celle de l’exemplarité sur le terrain pour lever définitivement les dernières ambiguïtés sur les changements d’orientation de politique de l’emploi dans l’administration.

    Celle aussi de réformes qui installent une fois pour toutes les contours d’une fonction publique de métiers et non pas de carrières.

    Finalement, l’impasse conduit tous ceux qui assistent, sidérés, à cet interminable enlisement à continuer de pister les lumières, qu’ils ne voient toujours pas, au bout du tunnel.

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc