×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Générations

Par L'Economiste| Edition N°:2308 Le 29/06/2006 | Partager

L’enseignement improvise trop souvent. Sur le papier, tout le monde est partie prenante du changement, de ce qu’il faut faire, des diagnostics. De l’image écornée de l’école publique. De toutes les manières, le débat ne concerne guère la population solvable qui peut toujours se rabattre sur le privé. Les vraies réformes, elles, sont toujours repoussées. Des ministres qui n’ont pas le courage politique de prendre à bras-le-corps les questions de l’arabisation, de l’orientation, de la démotivation du corps enseignant, de l’échec scolaire... Et puis, en toile de fond, toute cette problématique de gouvernance dont on pensait le secteur définitivement débarrassé après les scandales du PAM, alors qu’en fait, on a oublié les véritables réformes, celles des mentalités et celles des procédures de contrôle, de décentralisation, d’octroi des agréments... Le Maroc a besoin d’une politique éducative d’envergure. Marre de ces discours, de ces études interminables, des ces «mesures d’accompagnement». De ces «déploiements sans précédent», de ces tournées de ministres et de leurs staffs particulièrement budgétivores, de ces structures et intentions sans qu’il y ait, parallèlement à ces volontés, des stratégies amplifiées par des actes. Le tout scandé de réunions et colloques, où l’emphase se mêle à l’autosatisfaction. Ce qui est navrant, c’est que l’enseignement devient le fourre-tout de toutes les expérimentations, dont pas une n’aboutit. Les réussites lorsqu’elles existent sont souvent l’arbre qui cache la forêt car elles relèvent bien plus de l’exploit individuel que d’une stratégie organisée. L’éducation ronronne sur des territoires que politiques et opportunistes en tous genres ne veulent point défricher. Sous la pression de corporatismes assoiffés d’intérêts, ils feignent d’ignorer les véritables problèmes. Sans se soucier d’autres générations à sacrifier.Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc