×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Fonctionnaires

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5307 Le 04/07/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Le chef du gouvernement tente de rendre les administrations responsables des échecs de son gouvernement. Comme Benkirane avec ses «crocodiles»?

    On est gêné devant pareille option politique. Certes on sait bien que nos administrations ne sont pas toutes au sommet de l’implication et du service au public. Mais chacun voit bien qu’elles ne sont pas toutes entièrement mauvaises, contrairement à ce que la communication du chef de gouvernement tend à accréditer.

    Et puis, honnêtement, quand un gouvernement est aussi peu au rendez-vous que ce que les citoyens espèrent de lui, on comprend bien que ce sont les administrations qui font «tourner la maison», comme on dit.

    Pas loin de 900.000 personnes ont un statut de fonctionnaire civil, sans compter les employés des entreprises publiques (qui ont d’autres règles de travail). Ce sont des Marocains comme les autres.

    Un rapport de la Cour des comptes a longuement décrit la fonction publique. Il compte 174 pages et n’a que six mois. Mais il a été oublié. Opportunément oublié comme tant d’autres. Le Ministre de la fonction publique est bien le seul à s’en souvenir, s’épuisant à proposer quelques règles de gestion des ressources humaines.

    Ses compagnons ne l’écoutent pas: il finira bien par devenir comme ses prédécesseurs: profiter de la mollesse des fauteuils de son département et s’appliquer à leur ressembler.

    Quand l’épicier du coin s’occupe de gérer ses RH, fussent-elles ses propres neveux, le gouvernement, lui, ne sait pas (ne veut pas?) s’occuper de 900.000 personnes. Il s’emploie à les désespérer au lieu de mobiliser les meilleurs pour entraîner les autres. C’est pourtant simple et on l’a déjà réussi, dans les années 1980-90, avec ces très grands serviteurs de l’Etat  comme le fut Abdelaziz Meziane-Belfkih. Cela aussi a été opportunément oublié.

    Il y aurait un agenda pour affaiblir le millénaire Etat du Maroc qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc