×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    Washington se retire d'un important traité nucléaire

    Par L'Economiste| Le 02/08/2019 - 15:46 | Partager
    Washington se retire d

    Les États-Unis ont annoncé vendredi qu'ils s'étaient officiellement retirés du traité sur les forces nucléaires de portée intermédiaire (INF) avec Moscou, mettant fin au pacte historique de maîtrise des armements limitant la mise au point de missiles basés au sol d'une portée de 500 à 5.500 km. "La Russie est la seule responsable de la fin du traité", a affirmé le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo annonçant le retrait officiel des Etats-Unis du traité sur le nucléaire datant de la Guerre froide. "Depuis au moins le milieu des années 2000, la Russie a mis au point, produit, testé en vol et a maintenant déployé plusieurs bataillons de son missile non conforme.

    Les États-Unis ont d'abord exprimé leurs préoccupations à la Russie en 2013", a souligné Pompeo. Par la suite, a-t-il poursuivi, la Russie a "systématiquement rejeté les efforts déployés par les États-Unis pendant six ans pour obtenir son retour à la conformité". "Avec le soutien total de nos alliés de l'OTAN, les États-Unis ont déterminé que la Russie contrevenait de manière substantielle au traité et nous avons par la suite suspendu nos obligations en vertu du traité", a rappelé le secrétaire d'Etat. "Au cours des six derniers mois, les États-Unis ont fourni à la Russie une dernière occasion de remédier à sa non-conformité.

    Comme elle le fait depuis de nombreuses années, la Russie a choisi de conserver son missile non-conforme plutôt que de respecter ses engagements en vertu du traité", a déploré le chef de la diplomatie américaine. Selon la presse US, l'armée américaine est sur le point de tester au cours des prochaines semaines un nouveau missile balistique non nucléaire, développé spécifiquement pour contrer la Russie en Europe.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc