×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Flash

    Quand l’ambassadeur britannique tacle sévèrement la RAM

    Par L'Economiste| Le 10/02/2020 - 11:52 | Partager
    Quand l’ambassadeur tacle sévèrement la RAM

    Le service client de la RAM est encore une fois pointé du doigt. Cette fois, c’est l’ambassadeur britannique au Maroc, Thomas Reilly, qui dénonce le comportement de la compagnie nationale dans une série de tweets après une mauvaise expérience.

    "Nous avons été convoqués à l’aéroport ce matin à 0515. Personne n’est là. Aucun guichet n’est ouvert. Aucune responsable n’est ici pour nous fournir de l’information. J’ai envoyé encore un message à RAM, sans réponse", écrit le diplomate, qui relaie aussi les commentaires d’autres passagers. "C’est le pire service à la clientèle que j’ai jamais connu", "J’ai volé plus de 3 millions de miles aériens et je n’ai jamais connu un service à la clientèle aussi épouvantable", sont parmi les commentaires relayés par Reilly. La compagnie n’aurait pas dit aux passagers que le vol était annulé, selon l’ambassadeur. La compagnie, comme d'autres, était confrontée à la tempête Ciara. 

    "Au lieu de nous dire à ce moment que le vol était annulé, RAM a continué d’afficher des horaires pour le vol de plus en plus tard - bien que l’avion était toujours à Nantes. J’ai envoyé encore une demande pour des renseignements à RAM. Toujours pas de réponse". Finalement, les passagers ont su que leur vol était annulé. "Finalement à 1800 RAM a admis qu’ils ne pouvaient pas nous offrir un vol. À 1930 nous sommes arrivés devant les guichets de RAM. Ils nous ont promis des autobus et des hôtels. Moi j’ai pris mes enfants et nous sommes allés loger dans un hôtel en centre-ville".

    Les autres passagers sont arrivés "après 2230" à leur hôtel, "car il n’y avait pas de bus et ils ont dû trouver des taxis eux-mêmes". Tout cela sans aucune explication ni excuse de la compagnie, selon le diplomate.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc