×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    De la prison ferme pour avoir dénoncé les méthodes de la Marine Royale

    Par L'Economiste| Le 18/10/2018 - 17:13 | Partager
    De la prison ferme pour avoir dénoncé les méthodes de la Marine Royale

    ph: FB Soufian Al-Nguad

    Soufian Al-Nguad, un jeune Marocain a été condamné à deux ans de prison ferme pour avoir protesté sur les réseaux sociaux contre la mort de Hayat Belkacem, une jeune migrante tuée fin septembre par des tirs de la Marine marocaine. Âgé de 32 ans, Soufian a été condamné dans la nuit de mercredi à jeudi par le tribunal de Tétouan pour "outrage au drapeau national", "propagation de la haine" et "appel à l’insurrection civile", selon son avocat Jabir Baba. Pour rappel, il avait été interpellé début octobre, après des troubles lors d’un match de football le 30 septembre à Tétouan.

    Selon son avocat, avant ce match, Soufiane avait appelé, à travers des publications sur sa page Facebook, le groupe des ultras "Los Matadores" du club de football local à "manifester et à porter des habits noirs de deuil" pour protester contre le décès de Hayat. Dix-neuf supporters âgés de 14 à 23 ans sont également jugés à Tétouan pour "outrage au drapeau national", "manifestation non autorisée" et "destruction de biens publics et privés".

    Ces supporters avaient été arrêtés peu après pour avoir brandi des drapeaux espagnols et crié des slogans comme "Viva España" lors du match. Ils avaient aussi manifesté sur le chemin du stade en appelant à "venger Hayat".

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc