×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    Croissance, régime de change, stabilité financière, fiscalité... Les conclusions du FMI

    Par L'Economiste| Le 03/04/2019 - 11:09 | Partager
    Croissance, régime de change, stabilité financière, fiscalité... Les conclusions du FMI

    Une équipe du Fonds monétaire international (FMI) a eu, du 19 mars au 3 avril, des discussions avec les autorités marocaines sur la consultation de 2019 au titre de l’article IV, ainsi que sur le premier examen de la Ligne de précaution et de liquidité (PLL). Les conclusions semblent globalement rassurantes pour l’économie marocaine, malgré des prévisions de croissance modérées pour cette année. Le Fonds estime ainsi que l’économie marocaine continue de bénéficier des politiques macroéconomiques "prudentes" et des réformes structurelles poursuivies. "Ces dernières années, note-t-il, l’amélioration de la gestion budgétaire et la diversification de l’économie ont renforcé la résilience de l’économie". Le Maroc reste toutefois toujours confronté à la problématique du chômage élevé, en particulier chez les jeunes. D’où la nécessite de parvenir une croissance plus "forte, durable et plus inclusive", souligne le Fonds.

    Concernant la croissance, elle devrait se stabiliser cette année, grâce à la reprise des activités non agricoles. En revanche, l’évolution de l’économie dépendra des risques liés à la moindre croissance des économies avancées et émergentes, aux prix mondiaux de l’énergie et à la volatilité des marchés financiers mondiaux. Sur le régime de change, la mission tire un bilan positif, affirmant que les conditions actuelles "continuent d’offrir une fenêtre d’opportunité pour faire avancer cette transition de manière progressive et ordonnée".

    En outre, la mission s’est prononcée sur la réforme fiscale, qui fera l’objet de consultations nationales en mai. Celle-ci devrait ainsi continuer à rendre le système fiscal "plus efficace, plus équitable et plus propice à la croissance économique et à l’objectif des autorités consistant à réduire la dette publique au maximum. 60% du PIB". Le système financier n’a pas été en reste. Dans ce domaine, les conclusions du FMI sont rassurantes quant à la capitalisation du secteur financier et les risques pour la stabilité financière qui restent limités. En revanche, de légères inquiétudes demeurent sur le volume relativement élevé des prêts improductifs. Ainsi, le FMI recommande aux autorités de continuer à réduire la concentration de crédit et, grâce à la collaboration constante avec les autorités de contrôle des pays hôtes, et à réduire les risques liés à l’expansion des banques marocaines en Afrique.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc