×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Flash

    Algérie : Mécontentement officiel sur le montage auto

    Par L'Economiste| Le 06/08/2017 - 20:53 | Partager
    Algérie, mécontentement officiel sur le montage auto

    Le ministre de l'industrie, Mahdjoub Bedda, n'a pas assisté à l'inauguration le 27 juillet 2017, d'une nouvelle usine de montage automobile, installée par Volkswagen, troisième constructeur en Algérie, après Renault et Hyundai.

    Il n'est pas rare que les ministres algériens n'honorent pas une promesse de participation: c'est arrivé plusieurs fois aux visiteurs marocains ou aux invitations lancées à partir du Maroc. Toutes les sorties doivent avoir une sorte d'approbation, même muette mais connue de la cour présidentielle.. Mais cette fois, ce fut différent. L'absence ministérielle a été commentée. Il s'agit de marquer la "forte déception" du gouvernement face aux activités de montage, qui ne diminuent pas les importations, ne créent pas d'emplois, absorbent des subventions publiques sur les financements let les terrains. Sans compter les multiples faveurs fiscales.

    En outre les usines semblent être les premiers vecteurs d'importations pour contourner les mesures d'interdiction.

    Volkswagen est la troisième usine de montage depuis 2012, date de l'élaboration du projet. Les observateurs pensent que le développement de Tanger est à l'origine du projet algérien, qui avait peu de chance de réussir, dans le contexte économique de l'Algérie.

    Même au Maroc, des questions se posent sur la rentabilité économique de ces montages. Ils ont été remis en question dans le dernier rapport de la Banque mondiale. Rapport qui a provoqué la colère du ministre Moulay Hafid Elalamy. Mais pour l'instant, il n'y pas de chiffres du ministère pour lever les doutes introduits par la Banque.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc