×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Flash

    Agrumes: De fortes baisses pour la filière

    Par L'Economiste| Le 27/01/2020 - 17:17 | Partager
    Agrumes: De fortes baisses pour la filière

    La filiale agrumes mal en point. Selon les données publiées par le Département d’État américain de l’Agriculture (USDA), la production d’agrumes va fortement reculer au Maroc pour la campagne 2019/2020. Au total, 815.000 tonnes d’oranges seront produites par le Royaume, soit un repli de 31% par rapport à la précédente campagne, alors que la production de mandarines se limiterait à 910.000 tonnes, soit une chute de 34%.

    La production marocaine d’oranges va baisser "en raison de la pénurie d’eau et des conditions météorologiques défavorables. La consommation, les exportations et les fruits destinés à la transformation devraient également diminuer", projette l’USDA. Quant à la production de mandarines, elle reculera "en raison d’une conjoncture économique défavorable, des températures élevées pendant la floraison et la nouaison. 

    La consommation nationale d’oranges devrait ainsi passer de 979.000 tonnes durant la précédente campagne à 670.000 tonnes. L’export concernerait 110.000 tonnes contre 144.tonnes durant la campagne écoulée, selon les statistiques de l'USDA. Pour les mandarines, l’USDA table sur 370.000 tonnes pour l’export contre 617.000 tonnes. Cette baisse concernera aussi le citron avec 11.000 tonnes à exporter contre 15.000 tonnes.

    Dans le monde, la production d’agrumes pour 2019/2020 devrait baisser de 5,8 millions de tonnes par rapport à la l’année précédente à 47,5 millions, "car les conditions météorologiques défavorables entraînent une diminution des récoltes au Brésil, en Égypte, dans l’Union européenne et au Maroc". Cette baisse entrainera aussi un recul de la consommation, des volumes fruits destinés à la transformation ainsi que les exportations.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc