×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Flash

    Agriculture: 900 millions de DH pour financer les petits exploitants

    Par L'Economiste| Le 03/12/2019 - 15:36 | Partager
    Agriculture: 900 millions de DH pour financer les petits exploitants

    Le Maroc et le Fonds international de développement agricole (FIDA) ont signé, mardi à Rome, un accord pour le lancement d’un nouveau projet de développement agricole d’une valeur de 82,6 millions d’euros (environ 900 millions de DH). Ce projet, financé par le FIDA et le Maroc, "contribuera à faire progresser la productivité et les revenus de 11 200 ménages vulnérables touchés par les changements climatiques", indique le Fonds.

    Dénommé PRODER-Taza (Projet de développement rural intégré en zones de montagne du pré-Rif de Taza), il permettra de renforcer la résilience des petits agriculteurs de la province de Taza, où dominent l’agriculture de subsistance et la production de cultures non irriguées.

    Le financement est assuré à travers un prêt du FIDA de 31,9 millions d’euros et un don de 0,6 million d’euros, alors que la contribution de l’État marocain est de 43,6 millions d’euros et celle des bénéficiaires de 6,5 millions d’euros. Le projet sera réalisé dans les zones rurales de Tainaste et d’Aknoul, fortement touchées par la pauvreté et très vulnérables face aux changements climatiques.Il vise à développer un modèle d’arboriculture fruitière qui soit résilient et adapté à des périodes de sécheresse et à des températures plus élevées, le but étant de diversifier le modèle actuel, fondé sur la céréaliculture.

    Environ 9.800 ha d’amandiers, 1.000 ha de figuiers et 600 ha d’oliviers seront plantés. D’anciens vergers d’amandiers seront réhabilités par greffage. Par ailleurs, 33.000 ha de terres cultivées seront protégés de l’érosion. À noter que 40% des bénéficiaires seront des femmes et des jeunes.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc